Jean-louis missika, la fin de la télévision

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1796 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture

La fin de la télévision, Jean-louis Missika, Seuil, Paris, 2006

Pour Jean-louis Missika, l’ère numérique nous fait entrer dans « un monde d’images omniprésentes et fragmentées, mais un monde de média absent ». La thèse de l’auteur est assez subtile et évite l’aporie dans laquelle on tombe inévitablement si l’on cherche à savoir si c’est la télévision qui reflète les valeursde la société ou si c’est la société qui fait la télévision.

L’intérêt de cet essai réside dans l’étude fine des relations entre le téléspectateur et ce média. Missika montre clairement comment la relation du téléspectateur à la télévision a changé progressivement vers toujours plus d’autonomie, d’interaction et de désenchantement.

Pour lui, nous assistons à la fin de la télévision : « latélévision en tant que média est morte ».
Il y aura probablement toujours un écran de télévision dans les foyers, n’en doutons pas. Néanmoins, ce qui fut un média unique et hégémonique se trouve aujourd’hui concurrencé par d’autres modèles plus rentables et plus en phase avec les attentes du public.

I. Portrait historique de la télévision

L'auteur opère en trois temps afin de présenterles étapes historiques de la télévision. Selon lui on peut distinguer trois âges :

1. la « paléo-télévision », au service de la parole légitime du pouvoir politique

La télé est un canal de diffusion de la culture à des milliers de « citoyens-élèves » ; le crédo de l’ORTF était : informer, éduquer, distraire. Du fait de la rareté des chaînes, l’offre déterminait la demande.
En d’autrestermes, la télévision ne faisait que conforter le monopole de la parole légitime (la voix de l’Etat y était d’ailleurs bien représentée).

2. la « néo-télévision », crée la télé-réalité afin de séduire le téléspectateur et de lui donner la parole
Première étape de la fragmentation avec la création de nombreuses chaînes, les années 1980 voient un double changement : en concurrence les chaînes vontdevoir s’adapter pour séduire ; de plus, les jeunes générations nées avec la télévision aspirent à un renouvellement de ce média.
Les téléspectateurs ne veulent plus se retrouver face à l’expert ou à l’homme politique, mais face à la parole d’un individu lambda dont la seule légitimité est qu’il leur ressemble. Le banal s’impose partout !
L’auteur parle d’un « surgissement de l’intime » avec lamultiplication des talk-shows et reality-shows. L’espace télévisuel se trouve structuré par la singularité et habité par les émotions. Le mécanisme de l’identification, les reflexes compassionnels et une certaine « fascination du pire » assurent le succès de la « néo-télévision » pendant deux décennies.

3. la « post-télévision » nie toutes différence et toute distance entre celui qui passe àla télévision et celui qui la regarde.
La post-télévision révèle une double mutation de la société : une plus grande autonomie individuelle et une désaffiliation des individus. La télévision ne cherche plus à venir en aide aux individus, à la consoler ou à entretenir une certaine solidarité compassionnelle : elle donne simplement un droit sans limite à la parole. Plus qu’un droit, s’exprimer à latélévision est un acte décisif de l’affirmation de soi. Comme Pygmalion sculptant Galatée, explique Missika, la télévision sculpte les individus en fonction de leur « apparition » et leur permet de se transcender.
Ce que l’on avait vue émerger avec la néo-télévision se confirme : les différences entre celui qui parle et celui qui écoute se sont estompées, et la télévision devientautoréférentielle : « plus besoin d’être souffrant ou héroïque pour être entendu: il suffit d’être ».
Mais dans le même temps, cet individualisme extrême favorise la compétition entre les individus : la télévision créer désormais des différences hiérarchiques entre les individus. Pour réussir son rite de passage télévisuel et atteindre la plénitude de l’affirmation de soi, chaque individu s’affirmer contre...
tracking img