Jean paul sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (769 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Au delà des multiples reniements, la pensée de Sartre se caractérise par une réflexion sur la subjectivité et la liberté

La subjectivité

Il est nécessaire de supposer la conscience pour rendrecompte de l'être humain et de ses productions.

La subjectivité est un dépassement (transcendance). Elle est créatrice de ses propres normes. L'homme n'est pas prédéfini. Il se définit par ses acteset ce qu'il fait de sa vie. L’homme n’est rien d’autre que son projet, il n’existe que dans la mesure où il se réalise, il n’est donc rien d’autre que l’ensemble de ses actes, rien d’autre que savie. Trop souvent, on se donne des excuses: les circonstances ont été contre moi, je valais beaucoup mieux que ce que j’ai été. Or, en réalité, il n’y a pas d’amour autre que celui qui se construit, iln’y a pas de possibilité d’amour autre que celle qui se manifeste dans un amour. Un homme s’engage dans sa vie, dessine sa figure, et en dehors de cette figure, il n’y a rien. C'est le sens del'affirmation que chez l'être humain, "l'existence précède l'essence."

La liberté

La liberté est une condition pour l'être humain: une liberté à laquelle on ne peut échapper. « Nous sommes seuls, sansexcuse. C’est ce que j’exprimerais en disant que l’homme est condamné à être libre. »

La liberté est un projet, une visée, une intentionnalité au sens de Husserl . Elle se vit dans l'angoisse devantla nécessité de choisir parmi tous les possibles. L’être humain vit « en situation » : il a un corps, un passé, des amis, des ennemis, des chefs, des subalternes, il appartient à une certaine époqueen un certain lieu... Mais la situation dans laquelle il vit ne détermine pas son existence. Quelle que soit la situation, il peut encore choisir de s’y soumettre ou de la dépasser par ses projets, parce qu’il décide de faire de ce qui lui est donné. C’est cela être libre. C’est en ce sens que Sartre peut affirmer que « nous n’avons jamais été aussi libres que sous l’occupation allemande. »...
tracking img