Jean-paul sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (536 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation

Jean-Paul Sartre, (1905-1980) écrivain et philosophe français qui eu beaucoup d’influence à son époque est reconnu pour son style existentialiste et ses idées de gauches.Orphelin, élevé par sa mère et son grand-père, il étudie la philosophie et devient professeur dans ce domaine. En 1939, il publie Le Mur, cinq nouvelles à l’atmosphère nauséeuse qui présente despersonnages en marge de la société. Il invite le spectateur à accomplir pleinement sa destinée d’homme en assumant sa liberté, c’est-à-dire en faisant un choix au moment décisif et en agissant. En effet, cerécit montre qu’au moment de se choisir, les personnages sont confronter à des situations tragiques, qu’il on le choix de devenir salaud ou non et qu’il on une part de responsabilité envers les autresen se choisissant.

Les gens sont au pied du mur ce qui les exposent à leur situation et à eux-mêmes. Face à une situation tragique, les personnages subissent des crises et deviennent très lucide.Par exemple dans la nouvelle « Le mur », Steinbock qui est condamné à la peine de mort perçoit davantage les choses : « c’était un môme dans le genre mièvre, ça peut plaire; mais maintenant il avaitl’air d’une vieille tapette, et je pensais qu’il ne reviendrait plus jamais jeune, même si on le relâchait. » (p.16.). Il se rend compte que le jeune homme est rongé par la souffrance et que cette épreuvene lui fera plus retrouvé son sourire de petit garçon. Dans des condition émouvante et troublante, l’angoisse est un sentiment prédominent. Par exemple dans la nouvelle « Érostrate », le personnageprincipal est angoissé de faire définitivement ses meurtres : « Je ne me sentais pas bien, j’avais les mains froides et le sang à la tête, les yeux me chatouillaient. » (p.94.). Les aspect négatifs dela situation leur cause des nausées qui bouleverse leur fragilité. Par exemple, le condamné est obsédé par la mort ce qui le rend absurde : « les objets avaient un drôle d’air : ils étaient plus...
tracking img