Jeijef

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (301 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
________________________________________________________
Juliette Hassine
Les romans de l’écrivain israélien Abraham B. Yéhoshua
témoignent d'une forte imprégnation del'oeuvre camusienne et aussi
de l'empreinte de Dostoïevski, qui a beaucoup inspiré Albert
Camus 1. Dans une lettre écrite en mars 1983, après la parution de
son roman Un divorcetardif, il s’exprimait lui-même en ces termes
"Je suis attaché à Camus par toutes les fibres de mon âme" 2. C’est
cette influence que Juliette Hassine scrute au travers dequelques
textes majeurs des deux écrivains.
Dans Raz-de-marée d'A. B. Yéhoshua, nous voyons le récit des
événements se moduler entre deux formes d'écriture qui constituent
“l'Enverset l'Endroit” de l'univers camusien celle qui relève de La Mort
heureuse et celle qui relève de L'Étranger. Mais avant de mettre en valeur
cette modulation des deux niveauxdans Raz-de-marée, résumons
l'aventure spirituelle des deux personnages camusiens, Mersault et
Meursault.
Dans La Mort heureuse, roman inédit de Camus publié en 1971, il
s'agitd'un jeune homme pauvre mais intelligent, Mersault, qui tue une
personne qu'il juge inutile (Zagreus l'infirme) afin de voler l'argent qui
lui permettra de satisfaire sonexistence de bonheur. Après avoir commis
son acte, il s'isole de tous par un voyage en Europe centrale, puis revient
à Alger vivre avec des amis avant de se marier et des'installer (seul de
nouveau) dans une petite maison face à la mer. C'est là qu'il découvre
enfin le bonheur avant de mourir d'une fièvre, dont les premiers effets
s'étaient fait sentirimmédiatement après le meurtre.
La finalité de l'acte de Mersault pourrait se résumer ainsi : mourir
heureux sur les plages ensoleillées de la Méditerranée. Après ses voyages
tracking img