Jeunes de quartiers "sensibles"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’AFFICHAGE D’UN CIBLAGE PLUS RÉCENT SUR LES JEUNES DES QUARTIERS
L’emploi n’a été que récemment inscrit comme une priorité dans la politique de la ville, tant au niveau national que local.
A -
L’EMPLOI DANS LA POLITIQUE DE LA VILLE
Le bilan des politiques publiques menées spécifiquement sur l’emploi dans les quartiers peut être réparti en deux grandes périodes.
Avant 2005, la politique dela ville a privilégié la question urbaine et le bâti, et, s’agissant plus précisément de l’emploi, les mesures d’installation des entreprises par le biais d’exonérations fiscales et sociales. À partir de 2005-2006, les questions d’intermédiation se sont développées en faveur de l’accompagnement vers l’emploi.
Dans le premier cadre, lié au dispositif des ZFU, des entreprises se sont effectivementinstallées et ont permis de favoriser l’emploi.
Ainsi en 2005, on recense 67 700 salariés ouvrant droit à l’exonération de cotisations sociales patronales dans les ZFU, dont 13 500 salariés embauchés au cours de l’année.
L’ensemble des exonérations dans les ZFU représentent un coût brut de 530 millions d’euros en 2005, qu’il convient de préciser. En effet, par rapport aux mesures de droit commund’allègement de cotisations sociales, le coût total supplémentaire est de 373 millions d’euros en incluant les exonérations fiscales. De façon plus précise s’agissant des exonérations sociales au sens strict, les exonérations spécifiques ZFU représentent un coût supplémentaire d’environ 128 millions d’euros par rapport au dispositif général d’allègement de cotisations sociales. On peut ainsi endéduire que le coût moyen de l’exonération sociale spécifique ZFU pour un salarié embauché (entendu en emploi équivalent temps-plein) serait de l’ordre de 2 000 euros (128 millions d’euros rapportés à 67 700 salariés).
La loi de 2003 a prévu des clauses d’insertion professionnelle pour les entreprises du bâtiment. Début 2008, ce sont 2 300 personnes qui ont eu un contrat de travail dans le cadre dela rénovation urbaine. La politique des ZFU a d’ailleurs récemment été élargie à 41 nouvelles zones en sus des 44 existantes depuis 1997.
Le thème de l’emploi a pris une place accrue au sein des CUCS. À titre d’exemple, dans le cadre du CUCS de l’agglomération de Papeete, un partenariat a été réalisé avec le SMA de Polynésie afin de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes issus desquartiers prioritaires des communes concernées.
Le plan de cohésion sociale a amorcé une nouvelle orientation, qui s’est concrétisée par différents dispositifs en 2005-2006. En outre, différents moyens d’action visant à favoriser la création d’entreprises dans les quartiers se sont mis en place : réseaux d’appui à la création, services d’amorçage avec la Caisse des dépôts et consignations, programmeCréaJeunes spécifiquement conçu par l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) pour les jeunes des quartiers. Ce plan a également doté les missions locales de moyens additionnels et créé le CIVIS pour les jeunes de moins de 26 ans très peu qualifiés. Les jeunes des ZUS en sont de fait les principaux bénéficiaires.
La politique d’accompagnement des demandeurs d’emploi, quiconcerne notamment les jeunes, a aussi fait l’objet d’inflexions. Ainsi, des équipes emploi-insertion ont été intégrées au sein de certaines maisons de l’emploi afin d’en faire des antennes de proximité dans les quartiers. Une convention entre la DIV et l’ANPE a également permis le zonage de la politique de l’emploi et le recensement des demandeurs d’emploi issus des ZUS.
Surtout, a été lancée parl’ANPE en novembre 2005 la « Mission emploi quartiers », avec l’objectif de favoriser l’accès à l’emploi des jeunes, en collaboration avec les missions locales et les collectivités locales. Cette mission prévoyait que des solutions devaient être proposées aux jeunes dans les deux mois. Déjà fortement implantée dans les 750 ZUS avec 198 agences locales pour l’emploi, l’ANPE a développé un large...
tracking img