Jgjl;

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2999 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Houplain Romuald, Capes de lettres modernes session 2008-2009, site de Boulogne sur mer. Dissertation portant sur une citation de Lucien Goldmann à propos du roman.

Le roman est un genre particulier dans la littérature. Non codifié par Aristote, il s’est pourtant imposé, et l’on pourrait même aller jusqu’à parler de son hégémonie dans le domaine des lettres d’aujourd’hui. Le critiqued’inspiration marxiste Lucien Goldmann nous propose dans l’ouvrage Pour Une Sociologie du roman l’idée d’une « rupture insurmontable entre le héros et le monde » « contrairement à l’épopée ou au conte ». L’épopée et le conte présente comme point commun avec le roman d’être un récit. Ainsi, pour ce critique, si dans le cas de l’épopée ou le conte, le héros est d’une manière ou d’une autre en harmonie avecle monde ou en tout cas y participant, le roman présente un personnage comme fondamentalement séparé d’une certaine manière avec celui-ci.
Doit-on considérer, comme ce critique, le héros comme en rupture radicale avec le monde ou au contraire penser que le héros de roman est pleinement intégré au monde ? Dans un premier temps, il serait intéressant d’examiner les romans ou les réflexions sur leroman qui semblent abonder dans le sens du sociologue Lucien Goldmann, la façon dont le héros semble alors se présenter comme en « rupture insurmontable » avec le monde. Dans un deuxième temps, nous porterons notre attention sur la manière dont des œuvres ou des approches critiques nous éclairent sur l’idée d’un personnage comme d’une certaine manière intégré à la communauté, au monde. Enfin,nous tenterons dans une perspective dialectique de réconcilier ces deux thèses antagonistes en cherchant à concilier cette idée d’un personnage en rupture avec le monde et l’idée inverse d’un héros intégré à celui-ci.

Des historiens de la littérature se sont penchés sur la question du roman. Un critique comme Pierre Grimal l’inscrit dans une triade mythe-épopée-roman. Pour Grimal, le passage del’épopée au roman témoigne d’une transition de société closes, quasi stables, organiquement liées à des sociétés plus ouvertes, évolutives soumises à l’effet désagrégeant mais aussi stimulant de l’individualisme grandissant, il décrit ainsi l’émergence du roman antique : « A l’homme dans la cité, homme parmi les hommes, [le roman] substitue l’homme en son destin individuel, qui est d’aimer etd’assurer, par l’amour, sa propre survie. Le roman grec, comme la Comédie Nouvelle, comme, plus tard, l’élégie romaine, ne pouvait naître que dans une société en train de desserrer les contraintes traditionnelles et de faire aux individus une place de plus en plus large. » On a donc bien ici l’idée d’un héros de roman comme nécessairement en « rupture » avec le monde.
Le roman présente bien souventdes personnages qui sont en conflit avec la société, avec les valeurs de leur entourage, de la collectivité. C’est ainsi le cas de Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir, on voit dès le début du livre que celui-ci n’est pas correctement intégré dans son environnement familial. Ce personnage est décrit comme de constitution faible, sensible et attiré par la lecture alors que son père et ses frèressont dévolus aux travaux manuels, aux travaux physiques. Ce personnage ne participe pas aux fêtes de village, il est solitaire. Dans une scène du début du roman, il se voit ainsi rudoyé par son père parce qu’il est occupé à un livre. Ce personnage est incompris. Il va tenter de gravir les échelons de la société parce qu’il se sent injustement placé au bas de celle-ci.
Le personnage de Bardamudans Voyage au bout de la nuit est lui aussi dans une remise en cause des valeurs de la société. Ce sont d’abord les valeurs militaires qui sont décriées dans la description qu’il fait de la guerre de 14-18. Bardamu découvre l’horreur de la tuerie et la guerre interne que la hiérarchie militaire livre contre les sans-grades qu’elle envoie à la mort. C’est la société du travail qui est dénoncée...
tracking img