Jlkm;

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1291 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte 2 : Encyclopédie (1751-1772) – Chevalier Louis de Jaucourt, article « Traite des nègres ». Introduction Le texte dont il est ici question est extrait de l’article « Traite des nègres » de l’Encyclopédie et a été écrit par le Chevalier Louis de Jaucourt, médecin, philosophe et homme de Lettres (1704-1779). Il était considéré comme le « troisième homme » de l’Encyclopédie, car si Diderots’occupait de la partie littéraire et d’Alembert la partie mathématique, le chevalier, lui, écrivait sur tous les types de sujets, mais plus particulièrement sur ceux concernant la médecine. Cet homme de culture immense est, avec Buffon, l’un des auteurs des articles scientifiques de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dont il a rédigé près de la moitié des articles des derniers tomes, ou près de 18000 pour un total de 72 000, au point d’être surnommé l’« esclave de l’Encyclopédie ». Disciple de Montesquieu, il est notamment l’auteur des articles « Esclavage » et « Traite des nègres », demandant son abolition, ou encore d’articles engagés tels que « Guerre », « Inquisition », « Monarchie », « Patrie », « Peuple » ou « Presse ». Dans son article « Esclavage » de l'Encyclopédie, il se situaitdans la dépendance de Montesquieu pour dénoncer un horrible déni de droit, qui aboutissait à la corruption aussi bien de l'esclave que du maître. Dans l’article « Traite des nègres », il va plus loin en attaquant directement la commercialisation de l’être humain. Ce texte est représentatif de l’esprit des Lumières, dont les caractéristiques principales sont l’importance accordée à la raison, lacroyance dans le progrès et la lutte pour la tolérance et le respect des libertés, du fait qu’il s’agit ici de dénoncer l’esclavagisme. En effet, si les articles de l’Encyclopédie sont l’occasion de récapituler et classer les ème connaissances accessibles au XVIII siècle, conformément à l’esprit des Lumières, ils ont surtout vocation à provoquer une réflexion chez le lecteur et à dénoncer toutesformes d’injustices. L’esclavage est une des injustices majeures de ce siècle et a été également critiquée par Voltaire dans Candide et par Montesquieu dans De l’esprit des lois. Nous allons voir dans ce texte que derrière l’apparente démonstration logique qui chercherait à convaincre le lecteur, se trouve une virulente condamnation de cette pratique inhumaine. I. Une démonstration logique Le textese présente comme un article d’Encyclopédie, il se doit donc d’éclairer le lecteur en définissant son objet. Or, cet article ne se contente pas d’expliquer, il va également montrer comment logiquement il est impossible de défendre l’esclavage, avant d’enfermer le lecteur dans un raisonnement qui ne laisse pas de place au doute. 1. Définir et expliquer : En tant qu’article de l’Encyclopédie, cetexte doit tout d’abord proposer une définition de la « Traite des nègres », il le caractérise donc comme « Commerce d’Afrique » avant d’introduire la définition à l’aide du présentatif « C’est ». Il précise ainsi clairement les acteurs (les « Européens » achètent des nègres »), les lieux (« sur les côtes d’Afrique » et « dans leurs colonies ») et le but (« pour employer ces malheureux dans leurscolonies en qualité d’esclave ») de ce « commerce ». Mais rapidement, l’auteur passe de la définition à la démonstration logique du fait qu’il s’agit là d’une pratique condamnable. En effet, il utilise un raisonnement déductif afin de mobiliser la raison de son lecteur, et avance par étape pour l’entraîner dans sa propre logique. Il introduit son propos grâce à un argument d’autorité. Il s’appuie,paradoxalement, sur l’autorité d’un personnage anonyme (« un Anglais moderne »), ce qui a sûrement vocation à conférer un aspect généralisant à son argument (nombreuses sont les personnes éclairées qui pensent ainsi) qu’il caractérise néanmoins (« plein de lumières et d’humanité »). Par des phrases négatives (« Les nègres ne sont point devenus esclaves par le droit de la guerre ; ils ne se...
tracking img