Jo golan - un destin marocain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4023 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jo Golan - Un destin marocain

Yigal Bin-Nun
Université de Paris VIII

Jo Golan est mort dans son sommeil près d’El Jadida (Mazagan), au Maroc, le 11 août 2003. Les autorités marocaines ont pris en charge le rapatriement de son corps du Maroc à Paris, puis au village d’Avihail, en Israël, où il fut inhumé. C'est au nom du gouvernement marocain que son ami, l’ancien ministre des affairesétrangères marocain Mohamed Cherqaoui, beau-frère du roi Hassan II, a veillé à faire transférer le corps dans un cimetière juif et à régler toutes les problèmes techniques. Golan est décédé à l’âge de 81 ans, entouré de sa famille qui l’avait accompagné en vacances au Maroc où ils avaient été invités par le ministre Cherqaoui. Le destin a voulu qu’il trouvât la mort dans le pays dont il avait aidé lesdirigeants à accéder à l’indépendance tout en aidant les Juifs à préserver leurs droits. Il est mort à quelques kilomètres d’El Jadida, à l’endroit même où se trouvait à l’époque le camp de transit pour émigrants Qadimah. Quarante-huit ans auparavant, il s’était occupé de l’évacuation de ses occupants vers Israël.

Tout au long de sa carrière publique, Golan aura été un visionnaire qui savaitœuvrer à contre-courant comme en ont témoigné après coup ses rivaux. Son caractère était celui d’un sabra dont la mentalité n’a que peu à voir avec celle d'un Juif de la diaspora. Ce fut celui d’un homme très impliqué dans la vie du monde arabe et d’un bon connaisseur de sa culture. Sa méthode préconisait l’action diplomatique pour régler les conflits. Il savait par-dessus tout entretenir des liensd'amitié avec les dirigeants arabes et gagner leur confiance. La liste de ses relations et contacts est variée. Elle comporte des conversations intimes avec le roi Mohamed V, une amitié avec la veuve du président Roosevelt et avec le maire de la ville de Florence, Giorgio La Pira, des rencontres avec les Égyptiens Mohamed Hasanin Heikal et le colonel Sarouate Oqacha, avec le dirigeant du FLNalgérien Krim Belqacem et avec le chef de l’Armée de Libération Marocaine, le docteur Abdelkrim Khatib. Il entretint des négociations avec Mohamed Laghzaoui, chef des services de sécurité du Maroc. Il tissa des liens solides avec le premier chef du gouvernement marocain, Mbark Bekkaï, avec les dirigeants de l’aile gauche de l’Istiqlal, Abderahim Bouabib et Mehdi Ben Barka, avec les dirigeants du PartiDémocratique pour l’Indépendance, Abdelqader Benjelloun, Mohamed Cherqaoui et Abedelhadi Boutaleb, avec Bensalem Guessous et avec le dirigeant du Mouvement Populaire (berbère) Mahjoubi Aherdane. Il rencontra aussi des dirigeants plus conservateurs comme Allal Alfassi, Hadj Omar ben Abdeldjalil, Ahmed Balafrej, Moulay Ahmed Alaoui et le docteur Mohamed Alfassi. Ces relations, et bien d’autresencore, ont fait de Golan un médiateur incontournable aux services duquel tout organisme étranger devait avoir recours pour établir des contacts avec des protagonistes du monde arabe .
Toutefois, le chef du Mossad, Isser Harel, reprochait à Golan de trop faire confiance à ses interlocuteurs arabes, qu’il ne comprenait pas que la catastrophe était imminente au Maroc et qu’il fallait à tout prix fairesortir les Juifs avant qu’il ne soit trop tard. De son point de vue, les Marocains n’étaient pas meilleurs que les Syriens, les Irakiens, les Égyptiens ou les Yéménites qui expulsèrent les Juifs de leurs pays. Il accusa Golan d’avoir incité les membres du Congrès juif mondial à trop faire confiance aux Arabes et d’avoir exposé les Juifs du Maroc à de graves dangers. Quant au caractère de Golan età ses rapports avec ses collègues, le dirigeant du Congrès juif mondial à Genève, Gerhardt Riegner, traça ainsi son portrait : « Il avait un grand intérêt pour les mouvements nationalistes arabes. Il parlait couramment l’arabe et avait un don particulier pour ouvrir des portes et établir des contacts même dans les situations les plus difficiles. Le Congrès juif mondial lui a confié la mission...
tracking img