Jonathan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3238 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Jonathan, un petit goéland, est passionné par le vol, toujours plus haut et plus vite. Il cherche toujours à améliorer ce qu'il sait faire, tandis que son entourage l'incite à se comporter comme tout goéland qui se respecte - et donc respecter les autres membres de son espèce : ne prendre les airs que pour se nourrir.
Jonathan doit poursuivre sa quête en solitaire ; il est chassé du clan. Unjour, il fera de nouvelles rencontres, et prêchera le vol comme une religion.

Le jeune « goéland » échappe au sort de son voilier d'origine en expérimentant des techniques audacieuses de vol, met en relief dans une première lecture, le courage, la persévérance d'un individu qui refuse la routine de ses congénères pour bâtir lui-même sa vie, dans l'épanouissement de toutes ses virtualités.

Lesefforts de Jonathan le conduisent à la sagesse et à l'idée qu'on peut vaincre même la mort : nous sommes destinés à plus. Rien donc de plus honnête, exemplaire et stimulant, de même que conforme à une morale de la perfection, compatible avec l'idéal.

Un second regard cependant révèle que le récit est issu en fait d'une toute autre inspiration. En réalité, tous les thèmes gnostiques s'égrènent aulong des péripéties et des aventures de la vie du jeune goéland. Par exemple: le refus de la condition de la masse ignorante, l'entreprise de libération appuyée uniquement sur les forces de l'individu, l'arrivée d'un guide lumineux, l'apprentissage dans une seule vie de ce que le bon peuple découvre après mille vies, les conditions de la future vie tissée à même ce qui a été appris au cours de laprécédente, le voyage astral, la rénaissance « ou réincarnation », le refus de l'union avec le divin pour revenir sur terre comme guide, la fusion finale dans la pensée du Grand Goéland, etc...

C'est ainsi que Jonathan se plaint du "si petit nombre" de goélands qui savent. Déçu, il préfère rejoindre sur d'autres planètes des goélands qui partagent sa façon de pensée, "tous très intelligents etprompts à assimiler" l'enseignement des maîtres.
Mais Jonathan Livingston le Goéland n'est pas un oiseau ordinaire. Il appartient à une ELITE, quitte à être exclu des soi-disant siens Ce qu'il avait autrefois souhaité pour la Communauté, il le conquérait maintenant pour lui seul... il vivait pleinement une existence prolongée et belle... Je suis un Exclu." Il n'est pas comme les autres. Tandisque le pauvre peuple croit, lui, il SAIT.
Et nous touchons là un des traits principaux de la gnose, pour laquelle le salut n'est pas dans la foi mais dans la CONNAISSANCE: "OUBLIE LA FOI! lui répétait Chiang (le vieux Maître) sans cesse. Tu n'avais nul besoin d'avoir la foi pour voler, tout ce qu'il te fallait, c'était comprendre le vol, ce qui d'ailleurs signifie exactement la même chose." Lesalut serait donc une question d'intelligence et de compréhension.
"Ne les juge pas trop sévèrement... En te rejetant, les autres goélands n'ont fait de tort qu'à eux-mêmes et un jour ils le comprendront, et un jour ils verront ce que tu vois." Celui qui sait est plein de commisération pour les pauvres croyants dans l'erreur et l'illusion, mais qui, un jour, seront illuminés.
Il choisit donc dedevenir hors-la-loi. Le gnostique est au-dessus de la loi. Pour lui, il n'y a ni bien ni mal. Est bien ce qui me fait du bien, le mal n'étant qu'une imperfection, qu'un retard dans l'évolution vers l'absolu : "Il n'éprouvait aucun remords à se renier. De telles promesses étaient bonnes pour les goélands qui se contentent de la médiocrité. Lui qui a frôlé, qui a entrevu la perfection, peut sedispenser de les tenir !... Je serai un vrai hors-la-loi... Nous sommes libres d'aller où bon nous semble et d'être ce que nous sommes, répondit Jonathan... en mettant le cap à l'Est vers les territoires du Clan (malgré l'exclusion). Jamais, en dix mille ans, cette loi n'avait été transgressée. La Loi leur ordonnait de rester; Jonathan leur disait d'aller avec lui là-bas. Ma foi, après tout, si nous...
tracking img