Jooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo ooooooooooooooooooloooooooooooooooooo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2467 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Organisation des J.O. à Berlin en 1936
[pic]

. Introduction

[pic]
la cérémonie d’ouverture des J.O

Le sport et la politique sont depuis bien longtemps étroitement liés. Les grandes manifestations sportives rencontrent de plus en plus d’intérêt au près de la population mondiale au fil des années. Il arrive donc dans bien des cas que diverses compétitions sportives soient utilisées parles nations à des fins politiques.

Les Jeux Olympiques de 1936 qui se sont déroulés dans la ville de Berlin sous le troisième Reich, alors qu’Adolf Hitler dirigeait l’Etat allemand, en est un parfait exemple. Ce travail a pour but de présenter toute la propagande qui s’est réalisée autour de ces Jeux en essayant de voir comment un évènement sportif d’une telle ampleur peut-être utilisé commearme de propagande par un régime politique.
La première partie de ce travail est consacrée à l’explication de toute la propagande qui s’est fait autour de cet évènement sportif sans précédent. Visant véritablement à conquérir l’opinion publique mondiale, ces Jeux olympiques ont essayés de véhiculer l’image d’une Allemagne pacifique.
Puis dans une deuxième partie, nous découvrirons que ce futaussi l'occasion pour Léni Riefenstahl de réaliser un film d'anthologie sur les Jeux : Les Dieux du stade, qui est considéré comme un grand classique du cinéma de propagande.

La propagande
[pic]

Hitler décide rapidement avec Goebbels, le ministre de la Propagande de l’époque, que les Jeux olympiques serviront à conquérir l’opinion publique mondiale grâce au plus grand spectacle de sportque le monde n’ait jamais connu. Ce n’est pas par hasard si, durant l’évènement, les drapeaux nazis étaient bien plus nombreux que les drapeaux olympiques[1].

Dès 1933, le sport fut utilisé pour briser l’isolement culturel dont souffre l’Allemagne depuis la fin de la première guerre mondiale. L’Allemagne participa de plus en plus aux rencontres sportives internationales. Ces multiplesrendez-vous sportifs ont été l’occasion de montrer au monde entier le nouveau drapeau nazi.

C’est un dénommé Carl Diem qui reçoit la charge d’organiser les Jeux olympiques[2]. A la fois principal promoteur du mouvement sportif allemand et proche des dirigeants du CIO, il reçu comme consignes « d’impressionner les délégations étrangères et les représentants de la presse internationale »[3].

Lapropagande nazie liée à la tenue de ces Jeux olympiques débute bien avant le commencement des épreuves sportives. Ainsi, les journaux du monde entier reçoivent très régulièrement de nombreux communiqués de presse préolympiques traduits dans plusieurs langues.

Goebbels décide rapidement d’instaurer un relais de la flamme olympique entre Olympie et Berlin dans le but de focaliser l’attention sur lesJeux quelques jours avant leur ouverture. Ce relais permit de replacer le régime nazi dans la tradition olympique antique de Sparte, et non d’Athènes. Ajoutons que, pour la toute première fois, ces Jeux olympiques sont retranscrits à la télévision, réunissant ainsi quelques 200 000 téléspectateurs[4] autours de leurs petits écrans installés pour l’occasion dans plusieurs salles de la capitale.Ayant trouvé dans la tenue de ces Jeux olympiques l’occasion de servir les intérêts du parti national-socialiste et de prouver au monde entier la suprématie de la race aryenne, il est primordial pour Hitler que ces Jeux soient dominés par l’Allemagne. Le troisième Reich incita les Allemands à la pratique sportive, en offrant, à toute personne réalisant une performance minimum dans cinqspécialités, un insigne sportif du Reich allemand.

Cette exaltation de la forme physique caractérise l’Allemagne nazie. Hitler a d’ailleurs écrit à ce sujet que « L’Etat raciste doit partir du principe qu’un homme dont la culture scientifique est rudimentaire, mais de corps sain, de caractère honnête et ferme…, est un membre plus utile à la communauté nationale qu’un infirme quels que soient ses dons...
tracking img