Joseph de maistre et louis de bonald

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1309 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Joseph de Maistre et Louis de Bonald : pensée politique

Introduire plutôt le sujet par les Anti-Lumières et la Contre-Révolution, dont Maistre et Bonald sont deux éminents représentants.

Joseph de Maistre (1753 - 1821) est un homme politique, écrivain et philosophe éviter ces formules de dictionnaire, ou de pierre tombale!. C'est un partisan des réformes progressives d'inspirationtraditionnelle peu clair (il refuse la variante catholique du despotisme éclairé, le joséphisme et la dérive autoritaire de la monarchie), il est effrayé par le caractère arbitraire et systématique des idées révolutionnaires et la violence qu'elles provoquent. Son oeuvre la plus connue à propos de la révolution est "Considérations sur la France" parue pour la première fois en 1797.
Louis de Bonald (1754- 1840), est lui aussi un homme politique,philosophe et écrivain publiciste idem. Il est très conservateur et lié à la tradition : il contribue à l'abolition du divorce, et soutient la loi sur le sacrilège. Son ouvrage de référence sur la révolution est "Théorie du pouvoir politique est et religieux" paru également en 1796. Il se constitue ainsi comme le chef de file de la penséetraditionnaliste.
Evoquer aussi l’expérience traumatique de la Révolution et de l’émigration

I La réaction traditionnaliste contre la Révolution française

A- Dieu maistrien

Le Dieu maistrien permet de repenser le cours des choses, et inscrit toute Révolution et toute Restauration dans une perspective tragique. L'histoire se sublime en rédemption généralisée par le sang versé. L'action humaine seplace dans la liberté de la créature, mais toute action, tout évènement renvoie in fine à Dieu. Ne pouvant déranger l'ordre général des choses, la liberté l'accepte. La Révolution n'échappe donc pas à cette préeminence, mieux elle la manifeste. Il faut bien souligner la place de la transcendance dans ce système. Le Dieu maistrien aboutit à nier le volontarisme et à privilégier la coutume, c'est pourmieux mettre en rapport tradition et histoire. L'histoire n'est que le déroulement nécessaire de la tradition instaurée comme origine. Notre liberté se résout en approbation de cette nécessité, dévoilée par l'histoire.
Dans la vision maistrienne, le monde est hiéroglyphique, d'où l'importance capitale du surnaturel, principe explicatif de la Nature, donc de Dieu. C'est ainsi que se met en placela théorie du Mal dans l'histoire, qui sublime la Révolution en évènement satanique. L'homme souffre parce qu'il le mérite : l'innocence n'existe pas. Le châtiment n'est plus arbitraire, s'il est terrifiant, il devient justifié et compréhensible à condition de s'en remettre à la Providence.

B - Dieu de Bonald

Tout chez Bonald s'organise selon une apologie de la civilisation chrétienne,soit comme la "religion de la société". Le principe premier de sa théorie est la primauté de Dieu. A lui se rapportent nécessité de la société et nature de l'homme comme être social. C'est de lui que dépend également le progrès. L'être de Dieu est pouvoir, ou mieux encore le pouvoir s'appelle Dieu, donc le pouvoir révèle Dieu, d'où son adhésion à l'absolutisme. Il existe ainsi une théologienécessairement politique : l'universalité du pouvoir garantit la forme sociale, Dieu et société ne font qu'un. Ainsi, la monarchie se signale-t-elle par sa conformité au modèle initial. Accomplissant le dessein divin, elle reste la forme obligée du pouvoir le plus conforme. Il suffit de le régénerer et c'est ici que l'optimisme historique prend sa source. Si la conservation de l'être est voulue, c'estpour assurer la permanence du pouvoir. La thèse de Bonald se rapproche des idées des Lumières en ce sens que la société tend au bonheur et que la perféctibilité de la société et de l'homme réside dans ses deux visions diamétralement opposées. Peu clair ; des risques de confusion avec ce parallélisme un peu artificiel avec les Lumières.

II)"Le rétablissement de la monarchie , qu'on appelle...
tracking img