Journal che guevara

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1932 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
* 40 ans après sa mort, la mémoire du "Che" célébrée à Cuba et en Bolivie
[pic]
[pic]LA HAVANE (AFP) - Pour les quarante ans de sa mort, Ernesto "Che" Guevara, figure mythique d'une révolution par les armes consignée au siècle dernier, ne recevra guère d'hommages qu'à Cuba - où plus qu'un héros, "l'Argentin" est une institution - et en Bolivie, terre de son exécution.
Le 8 octobre 1967,l'armée bolivienne, accompagnée de deux agents de la CIA cubano-américains, capturait le Che à la tête d'une poignée de guérilleros encore en vie ayant survécu aux combats, à la faim et aux maladies.
[pic]
Guevara fut conduit dans une école abandonnée où il passera sa dernière nuit. Le lendemain après-midi, le révolutionnaire sera exécuté sommairement par Mario Teran, un sergent bolivien. Le Cheentrait dans la légende. Il avait 39 ans.
[pic]
Un temps tombée en désuétude, la mythologie révolutionnaire, dont Che Guevara reste le symbole, a été ranimée en 1997 par la découverte de ses restes --dont l'identification demeure controversée-- et leur inhumation solennelle au mausolée de Santa Clara par Fidel Castro.

Partisan déclaré de la violence politique, Ernesto Che Guevara, après des étudesde médecine en Argentine, avait fait la connaissance de Raul et Fidel Castro au Mexique avant de participer à la guérilla qui mena les "barbudos" au pouvoir à La Havane en 1959.
[pic]
Après avoir supervisé pendant six mois la répression des "contre-révolutionnaires", il dirigea un temps la Banque centrale cubaine et le ministère de l'Industrie.
[pic]
Artisan du rapprochement de la révolutioncubaine avec Moscou, il s'éloignera ensuite des positions soviétiques favorables à la "coexistence pacifique" avec le bloc occidental pour défendre une stratégie de conquête du pouvoir par les armes, plus proche du maoïsme.
[pic]
"D'autres terres du monde réclament la contribution de mes modestes efforts", écrira-t-il à Fidel Castro en quittant Cuba en 1965 pour porter le combat insurrectionnelen Afrique notamment.
[pic]
S'ensuivirent des mois de "disparition" alors qu'il était au Congo à tenter d'y imposer la révolution armée, avant d'engager en Bolivie sa dernière guérilla.
[pic]
"Le Che n'a pas échoué. Les peuples s'épuisent. Mais les révolutions restent possibles", a déclaré à l'AFP la fille aînée du révolutionnaire, Aleida Guevara March. Et si les socialistes ne sont pasparvenus à produire "d'autres Vietnam", comme le souhaitait son père en référence à la résistance Viêt-Cong aux Américains.

** Che Guevara : Guérillero héroïque et penseur radical.

Il y a quarante ans, le 8 octobre 1967, Ernesto Guevara, blessé et désarmé, était fait prisonnier dans la vallée du Yuro, en Bolivie. Sur les ordres de la CIA, il fut exécuté le lendemain, à La Higuera. Ce dossier rendhommage au «guérillero héroïque», en tentant de mieux comprendre celui que Jean-Paul Sartre qualifia d’« être humain le plus complet de [son] époque», et qui déclarait: « Qu’importent les dangers et sacrifices d’un homme […] quand ce qui est en jeu, c’est le destin de l’humanité. Toute notre action est un cri de guerre contre l’impérialisme et un appel à l’unité des peuples contre le plus grandennemi du genre humain: les États-Unis. Qu’importe où nous surprendra la mort; qu’elle soit la bienvenue, si notre cri de guerre est entendu, si une autre main se tend…» Le 18 octobre de la même année, place de la Révolution à LaHavane, Fidel Castro rappelait l’intégrité révolutionnaire totale du Che et ses qualités exceptionnelles: «[Son] exemple doit être le modèle idéal pour notre peuple!» Le mêmejour, en Argentine, l’oraison funèbre d’un prêtre progressiste dit: « Les deux tiers de l’humanité, opprimés, sont bouleversés par sa mort. Le dernier tiers, dans le secret de son âme, n’ignore pas que l’avenir de l’Histoire, si nous marchons vers un monde meilleur, appartient au Che.» Car ce que n’avaient pas prévu les commanditaires de son exécution, c’est que la figure d’Ernesto Che Guevara...
tracking img