Jsai pa

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les allégories féminines

Différentes réalités abstraites sont présentées sous les traits d'une femme, le plus souvent par l'utilisation de la majuscule. C'est le cas pour la nature "Du temps quela Nature en sa verve puissante" (XIX), la mort "La mort nous tient souvent par des liens subtils" (XL), la beauté "Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques" (XXI), la douleur "Sois sage, ôma Douleur", l'élégance, la force "L'Elégance et la Force abondent, sœurs divines" (XX), la folie "Te pavaner aux lieux que la Folie encombre" (XXXVII), la nuit "Où, seul avec la Nuit, maussadehôtesse" (XXXVIII-I) etc ...
Les références littéraire et mythologique...

La magicienne Circé qui était parvenue à charmer Ulysse ; Diane, déesse de la chasse ; Écho ; Eurydice la fiancée d'Orphée ;Vénus déesse de la beauté ; Cybèle, déesse de la terre et de la fécondité, Proserpine ; Elvire, la dernière épouse de Don Juan ; la Lady Macbeth de Shakespeare...
[edit]
L'homosexualité féminineRappelons à ce propos que le premier titre que Baudelaire avait envisagé était Les Lesbiennes, bien qu'il le qualifiât de "titre pétard", c’est-à-dire de titre destiné à choquer le public. On peutcependant se demander pourquoi rendre ce thème éponyme, alors que les poèmes consacrés aux lesbiennes ne sont que très peu nombreux dans Les Fleurs du Mal : il s'agit essentiellement de Lesbos et de deuxpoèmes de Femmes damnées : Delphine et Hippolyte et Le Léthée. C'est que Baudelaire retrouve en elles l'expression de plusieurs thématiques qui lui sont chères. Celles que le poète en éternelle quêted'absolu appelle "chercheuses d'infini" sont, comme lui, mises au ban de la société, et comme lui des êtres de souffrance. D'autre part, l'impossibilité de l'acte sexuel renvoie à la beauté baudelairienne(cf. Mme Sabatier, voir infra) : il ne s'agit pas de chercher le contentement, mais encore le désir, appelant par là l'infini et l'inconnu. Cette beauté qui réside également, pour Baudelaire,...
tracking img