Julien onfray de la mettrie, l'homme machine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Julien Offray de La Mettrie, L’homme-machine (extrait), 1748.

Arrêtons-nous à contempler la différente docilité des animaux. Sans doute l'analogie la mieux entendue conduit l'esprit à croire que les causes dont nous avons fait mention, produisent toute la diversité qui se trouve entre eux et nous, quoiqu'il faille avouer que notre faible entendement, borné aux observations les plus grossières,ne puisse voir les liens qui règnent entre la cause et les effets. C'est une espèce d'Harmonie que les philosophes ne connaîtront jamais. Parmi les animaux, les uns apprennent à parler et à chanter ; ils retiennent des airs, et prennent tous les tons, aussi exactement qu'un musicien. Les autres, qui montrent cependant plus d'esprit, tels que le singe, n'en peuvent venir à bout. Pourquoi cela, sice n'est par un vice des organes de la parole ? Mais ce vice est-il tellement de conformation, qu'on n'y puisse apporter aucun remède ? En un mot serait-il absolument impossible d'apprendre une langue à cet animal ? Je ne le crois pas. Je prendrais le grand singe préférablement à tout autre, jusqu'à ce que le hasard nous eût fait découvrir quelque autre espèce plus semblable à la nôtre, car rienne répugne qu'il y en ait dans des régions qui nous sont inconnues. Cet animal nous ressemble si fort, que les naturalistes l'ont appelé homme sauvage, ou homme des bois. Je le prendrais aux mêmes conditions des écoliers d'Amman, c'est-à-dire, que je voudrais qu'il ne fût ni trop jeune, ni trop vieux, car ceux qu'on nous apporte en Europe sont communément trop âgés. Je choisirais celui qui auraitla physionomie la plus spirituelle, et qui tiendrait le mieux dans mille petites opérations, ce qu'elle m'aurait promis. Enfin, ne me trouvant pas digne d'être son gouverneur, je le mettrais à l'école de l'excellent maître que je viens de nommer, ou d'un autre aussi habile, s'il en est. Vous savez par le livre d'Amman , et par tous ceux qui ont traduit sa méthode, tous les prodiges qu'il a suopérer sur les sourds de naissance, dans les yeux desquels il a, comme il le fait entendre lui-même, trouvé des oreilles, et en combien peu de temps enfin il leur a appris à entendre, parler, lire, et écrire. Je veux que les yeux d'un sourd voient plus clair et soient plus intelligents que s'il ne l'était pas, par la raison que la perte d'un membre, ou d'un sens, peut augmenter la force, ou lapénétration d'un autre : mais le singe voit et entend ; il comprend ce qu'il entend et ce qu'il voit. Il conçoit si parfaitement les signes qu'on lui fait, qu'à tout autre jeu, ou tout autre exercice, je ne doute point qu'il ne l'emportât sur les disciples d'Amman. Pourquoi donc l'éducation des singes serait-elle impossible ? Pourquoi ne pourrait-il enfin, à force de soins, imiter, à l'exemple des sourds,les mouvements nécessaires pour prononcer ? Je n'ose décider si les organes de la parole du singe ne peuvent, quoi qu'on fasse, rien articuler ; mais cette impossibilité absolue me surprendrait, à cause de la grande analogie du singe et de l'homme, et qu'il n'est point d'animal connu jusqu'à présent, dont le dedans et le dehors lui ressemblent d'une manière si frappante. M. Locke, qui certainementn'a jamais été suspect de crédulité, n'a pas fait difficulté de croire l'Histoire que le Chevalier Temple fait dans ses Mémoires, d'un perroquet, qui répondait à propos et avait appris, comme nous, à avoir une espèce de conversation suivie. Je sais qu'on s'est moqué de ce grand métaphysicien ; mais qui aurait annoncé à l'univers qu'il y a des générations qui se font sans oeufs et sans femmes,aurait-il trouvé beaucoup de partisans ? Cependant M. Trembley en a découvert, qui se font sans

accouplement, et par la seule section. Amman n'eût-il pas aussi passé pour un fou s'il se fût vanté, avant que d'en faire l'heureuse expérience, d'instruire, et en aussi peu de temps, des écoliers, tels que les siens ? Cependant ses succès ont étonné l'univers, et comme l'auteur de l'Histoire des...
tracking img