Juste valeur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 74 (18456 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Une analyse économique de la « juste valeur »
La comptabilité comme vecteur de crise

Vincent BIGNON1 Yuri BIONDI2 Xavier RAGOT3
Nouvelle préface au texte commenté par Richard Barker4

Prisme N° 15 Août 2009

Les auteurs remercient Jean-Louis Beffa, Robert Boyer, Jean-Gabriel Brin, Arnaldo Canziani, Robert Colson, Philippe Crouzet, Sylvie Grillet, Christian Hoarau, Nicole El Karoui,Gérard Liné, Antoine Rebérioux, Shyam Sunder et Jean-Philippe Touffut pour les remarques et les critiques qui ont permis de clarifier leur propos. Ils restent seuls responsables des erreurs éventuelles contenues dans le texte. 1 Vincent BIGNON est professeur invité au Graduate Institute for International Studies and Development (Genève), maître de conférences à l’Université Paris XII – IUFM et chercheurassocié à EconomiX – Université Paris Ouest. 2 Yuri BIONDI est chercheur au C.N.R.S. rattaché à l’Ecole Polytechnique (Preg-CRG), et affilié au C.N.A.M. (Chaire de Comptabilité Financière et Audit). 3 Xavier RAGOT est chargé de recherche au C.N.R.S.. 4 Richard Barker est professeur de comptabilité à l’institut de gestion Judge de l’Université de Cambridge. Il a été chercheur à l’InternationalAccounting Standards Board (IASB).

© Centre Cournot pour la Recherche en Économie

© Centre Cournot pour la Recherche en Économie août 2009

© Centre Cournot pour la Recherche en Économie

Résumé
Le vote par le Parlement européen en juillet 2002 de nouvelles normes comptables entrées en vigueur le 1er janvier 2005 pour les sociétés cotées, a orienté la comptabilité européenne vers unnouveau principe, celui de la « juste valeur ». Auparavant, la réglementation européenne s’inspirait essentiellement de la logique du coût historique : l’évaluation des actifs au bilan se fondait ainsi sur leurs « coûts d’acquisition amortis». L’introduction du principe de juste valeur a imposé la détermination de la valeur des actifs par l’estimation des flux de profits anticipés actualisés dont cesactifs pouvaient être à l’origine. Il s’agissait d’établir la valeur de chaque actif selon sa contribution potentielle au profit de l’entreprise. La juste valeur ne constituait pas l’aboutissement de recherches contemporaines qui conduisaient à remplacer le coût historique amorti. Au contraire, les travaux récents analysant le processus de production des entreprises plaidaient pour la limitationde son utilisation. Ces travaux se fondaient sur trois concepts : asymétrie d’information, complémentarités et spécificité des actifs utilisés. Les entreprises créent de la richesse en rendant complémentaires des actifs parce qu’elles leur ajoutent des caractéristiques spécifiques au processus productif mis en œuvre. Ces caractéristiques n’ont pas de valeur marchande et ainsi, la valeur de chaqueactif pour l’entreprise est toujours supérieure à sa valeur de revente. La spécificité d’un actif se définit alors par la différence entre sa valeur pour l’entreprise et sa valeur marchande. La pérennité de l’avantage concurrentiel découlant de cette combinaison d’actifs spécifiques nécessite de garder secret ce type d’information : il existe donc une asymétrie d’information entre l’entreprise etson environnement. Le critère de « juste valeur » pose dans ce cadre d’importants problèmes d’évaluation : la spécificité et la complémentarité entre actifs contraignent le comptable à utiliser des modèles d’évaluation pour déterminer la valeur des actifs. Les analystes financiers recourent à de tels modèles pour valoriser les entreprises. Leur utilisation à des fins comptables n’assure cependantpas la fiabilité des comptes ; en effet, des changements mineurs d’hypothèses peuvent conduire à une forte variation de leurs résultats. La finalité de la comptabilité est plutôt de constituer une source d’information indépendante, de sorte que leur évaluation par le marché financier soit pertinente. Au problème d’évaluation s’ajoute celui de la volatilité financière que l’application du...
tracking img