Justez la fin du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LUTZ Marianne 1ére S1

FRANCAIS

NOTE | OBSERVATION |

Faire le commentaire sur le Prologue de « Juste la fin du monde » de Lagarce

Lagarce est un dramaturge et metteur en scène Français du XXéme siècle, né en Haute-Saône. Il écrit « Juste la fin du monde » en 1990 après qu'il est appris sa séropositivité. Cette pièce retrace l'histoire d'un homme qui va bientôt mourir et quiveut l'annoncer à sa famille qu'il ne voit plus. L'extrait soumis à notre étude est la scène d'exposition de la pièce. Dans ce prologue Louis nous annonce sa mort prochaine et nous indique qu'il veut le déclarer à des personnes qu'il n'a pas vu depuis longtemps.
Nous verrons dans une première partie que cette scène d'exposition est originale, puis dans second temps nous montrerons que la scèneest parcourue d'une souffle tragique avec la question sur la condition de la vie humaine.

Une scène d'exposition classique livre les éléments indispensables à la compréhension de l'histoire : temps et lieu de l'action, identité et condition sociale des personnages, les relations entre eux et la mise en place du conflit qui les oppose.
Pour commencer, avant même de lire le prologue, nouspouvons deviner que cette scène d'exposition ne sera pas une scène classique, en effet c'est un monologue, nous pourrons donc seulement voir un personnage sur scène. De plus dans son discours, Louis, l'unique personnage de la scène d'exposition, ne nous présente pas les autres personnages qui vont intervenir dans la pièce, nous ne connaissons ni leurs identités, ni leurs conditions sociales. Louisqualifie les autres personnages seulement grâce à des mots qui ne nous indiquent rien « les »(l. 21), « les autres »(l. 26), « eux »(l. 26), « toi »(l. 29), « vous » (l. 29), « elle » (l. 29), « ceux-là » (l. 29). Pour continuer dans la confusion de l'identité des personnages, même Louis, ne se présente pas, on sait seulement qu'il a trente-quatre ans, mais on ne sait pas ce qu'il fait de sa vie, soncaractère, et sa situation sociale. D'autre part, nous ne connaissons, ni le lieu, ni le temps de l'action, comme pour les personnages il utilise des phrases imprécises « l'année d'après » (l. 1, 5, 9, 15, 20) « de nombreux mois » (l. 8). Pour ce qui est de la relation entre les personnages qui vont intervenir dans la suite de la pièce, on peut comprendre qu'il ne « les » voit plus grâce à saréplique « je décidais de retourner les voir, revenir sur mes pas » (l. 21), mais encore une fois cette indication reste vague.
Une des indications les plus importantes de la scène d'exposition est d'annoncer l'intrigue, le conflit qui est le fil conducteur de la pièce. Mais dans ce prologue l'intrigue ne semble pas ouvrir sur un vrai problème. Louis ne cesse de répéter qu'il va mourir, mais c'estun fait, ce n'est pas une intrigue puisqu'il n'a pas le choix. Par ailleurs, il va retrouver des personnes qu'il ne voit plus, pour leur annoncer sa mort prochaine, mais ce n'est pas un conflit. L'intrigue n'est donc pas encore installée dans ce prologue, par contre peut être que les retrouvailles entre Louis et les autres personnages ajouter à l'annonce de sa mort prochaine va engendrer unconflit, mais pour le moment on ne peut pas le savoir. Ce prologue ne fait que nous donner des indications vagues sur la suite de la pièce, on se pose donc beaucoup de questions sur le problème que va aborder la pièce, mais on ne sait finalement presque rien.
Cette scène d'exposition n'a donc rien de classique, au final, on sait seulement qu'un homme va mourir mais on ne sait pas de quoi et qu'il veutl'annoncer, les éléments utiles aux spectateurs pour la compréhension de la suite de la pièce sont suggérés ou implicites.

La scène d'exposition est parcourue par un souffle tragique, Louis est écrasé par son destin. Tout d'abord il y a le champs lexical de la mort qui est une caractéristique importante des scènes tragiques « mourir » (l. 2), « en avoir fini » (l. 8), « survivre » (l. 18),...
tracking img