Kant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2801 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Emmanuel Kant (Immanuel en allemand) est un philosophe allemand, fondateur de l’« idéalisme transcendantal »[1]. Né le 22 avril 1724 à Königsberg, capitale de la Prusse-Orientale, il y est mort le 12 février 1804. Grand penseur de l'Aufklärung, Kant a exercé une influence considérable sur l'idéalisme allemand, le néokantisme, la philosophie analytique, la phénoménologie et la philosophiepostmoderne. Son œuvre, considérable et diverse dans ses intérêts, mais centrée autour des trois Critiques, à savoir la Critique de la raison pure, la Critique de la raison pratique et la Critique de la faculté de juger, fait ainsi l'objet d'appropriations et d'interprétations successives et divergentes.
Sommaire
[masquer]

* 1 Biographie
* 2 Philosophie
o 2.1 Division généraleo 2.2 Enjeux du criticisme
o 2.3 La Théorie de la connaissance
o 2.4 Philosophie pratique
o 2.5 La troisième Critique
+ 2.5.1 Le jugement esthétique
+ 2.5.2 Le jugement téléologique
o 2.6 Postérité
* 3 Sources pour la biographie
* 4 Notes et références
* 5 Bibliographie
o 5.1 ParEmmanuel Kant
o 5.2 Sur Emmanuel Kant
* 6 Annexes
o 6.1 Articles connexes
o 6.2 Liens externes

Biographie [modifier]

Emmanuel Kant naît en 1724 à Königsberg en Prusse-Orientale (actuellement Kaliningrad en Russie) dans un milieu modeste : son père, d'origine écossaise, est sellier, et sa mère, décrite par Kant comme une femme très intelligente, est foncièrementpiétiste. Il est le quatrième d'une famille de onze enfants. Il fréquente durant sept ans le collège Frédéric, dirigé par Schulz, pasteur piétiste qui considère la piété de l'âme comme supérieure au raisonnement.
L'université Albertina de Königsberg, où Kant a enseigné.

En 1740, il entre à l'université de Königsberg dans le dessein d'y étudier la théologie. Il suit les cours de MartinKnudsen, professeur de mathématiques et de philosophie ; ce professeur, lui aussi piétiste et disciple de Wolff, combat le dualisme et en revient à la pure doctrine de Leibniz, suivant laquelle la force représentative et la force motrice participent l'une de l'autre et se supposent réciproquement.

C'est là qu'il découvre Newton et la physique, preuve selon lui qu'une science a priori de la nature estpossible (c'est-à-dire les mathématiques et la physique) [2]. Plus tard, il créditera aussi l'astronomie de nous avoir « appris bien des choses étonnantes », dont la plus importante est qu'elle nous a « découvert l'abîme de l'ignorance, dont la raison humaine, sans [cette connaissance], n'aurait jamais pu se représenter qu'il était aussi profond ; et la réflexion sur cet abîme, dit-il encore, doitproduire un grand changement dans la détermination des fins ultimes à assigner à notre usage de la raison. » [3]

En 1746, la mort de son père l’oblige à interrompre ses études pour donner des cours : il est engagé comme précepteur par des familles aisées et il accomplit cette tâche durant neuf ans. C'est également cette année-là qu'il publie sa première dissertation : Pensées sur la véritableévaluation des forces vives.

En 1755, il obtient une promotion universitaire grâce à une thèse sur le feu et une habilitation grâce à une dissertation sur les principes premiers de la connaissance métaphysique. Il commença à enseigner à l’université de Königsberg avec le titre de Privatdozent (enseignant payé par ses élèves).

Kant est le premier grand philosophe à donner un enseignementuniversitaire régulier. Ses cours, tout comme ses publications à cette période, sont très diversifiés : mathématiques, physique, apprises chez Newton, théorie des fortifications, pyrotechnie, morale chez Rousseau, Shaftesbury, Hutcheson et Hume, et encyclopédie philosophique.

À partir de 1760, ses cours ont pour nouveaux objets la théologie naturelle, l'anthropologie, et surtout la critique des «...
tracking img