Kateb yacine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
YACINE KATEB (1929-1989)

Kateb Yacine est né en 1929 à Constantine, dans un milieu qui sut lui apporter, avec le sentiment de son appartenance tribale, un contact familier avec les traditions populaires du Maghreb. Après l’école coranique (qu’il apprécia peu), il fréquenta l’école française, pour laquelle il nourrit des sentiments contradictoires : il y était « dans la gueule du loup »,mais, en même temps, il y découvrit la vertu libératrice de l’esprit critique. Le 8 mai 1945, il participe à la grande manifestation des musulmans qui protestent, à Sétif, contre leur situation inégale. Dans la répression terrible qui s’ensuit, il est arrêté, brutalisé, emprisonné : une fois libéré, il est exclu du lycée. Mais l’expérience de la prison lui a révélé « les deux choses qui [lui] sontles plus chères : la poésie et la révolution ». Proche des milieux nationalistes, inscrit au Parti communiste, il travaille un temps comme journaliste à Alger républicain, puis, en 1951, il s’exile en Europe, où il fait éditer roman et pièces de théâtre. Il rentre en Algérie en 1972, où il dirige une troupe théâtrale que les autorités préfèrent reléguer à Sidi-bel-Abbès, dans l’Ouest algérien. Sesprises de position, toujours attendues et toujours fidèles à l’esprit du soulèvement de 1954, n’ont jamais cessé d’appeler à la libération de l’Algérie (ainsi en octobre 1988, quand il proteste contre la répression des manifestations algéroises).
Son œuvre, commencée en 1946 avec un recueil poétique, Soliloques, s’est développée dans l’éparpillement de publications dispersées, oubliées,reprises, récrites, étoffées ou découpées. Le Cadavre encerclé, paru dans la revue Esprit en 1954, créé à la scène par Jean-Marie Serreau en 1958, célèbre, dans une langue abruptement imagée, l’épopée du soulèvement anticolonial et, en même temps, déplore le destin tragique du héros, confronté aux tabous de sa société, à la toute-puissance et à la trahison des pères. Le roman Nedjma (1956) reprend despersonnages et des situations de la pièce et développe des fragments antérieurement publiés. Bien que tronqué par l’éditeur, il s’imposa d’emblée comme une œuvre majeure. Une structure éclatée et répétitive, entrecroisant les destins de quatre jeunes gens, la multiplication des points de vue, le mélange des formes romanesques et poétiques, le jeu sur la temporalité, le recours au mythe, laplongée, par le monologue intérieur, dans la conscience des héros, tous ces éléments ont déconcerté et fasciné les lecteurs qui ont appris à y lire une « anthropologie poétique de l’Algérie » (J. Arnaud).

En 1959, un volume de théâtre, Le Cercle des représailles, préfacé par Édouard Glissant, rassemble une tragédie, un monologue lyrique et une comédie (Les ancêtres redoublent de férocité, LeVautour, La Poudre d’intelligence). Le Polygone étoilé (1966) réunit, dans la discontinuité du « chaos créateur », des textes de tous genres. J. Arnaud lui donnera un prolongement en assemblant L’Œuvre en fragments (1986), qui collecte inédits et textes retrouvés pour construire un étonnant monument de blocs épars.

D’un voyage au Vietnam en guerre, Kateb Yacine avait rapporté une pièce, L’Homme auxsandales de caoutchouc (1970), qui exaltait la figure de Hô Chi Minh. En Algérie, il se toume vers un théâtre politique en langue populaire, qu’il conçoit comme une pédagogie libératrice. Il écrit et met en scène, en arabe algérien, Mohammed prends ta valise (1971), La Voix des femmes (1972), La Guerre de 2 000 ans (1974), Le Roi de l’Ouest (1977), Palestine trahie (1978). Il revient au français,à l’occasion d’une commande dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la Révolution française, et compose une fresque sur les révolutions, à partir du personnage de Robespierre : Le Bourgeois sans-culotte, ou le Spectre du parc Monceau.
Repères biographiques
1936 : après avoir fréquenté l'école coranique, il est mis "dans la gueule du loup" c'est-à-dire l'école française....
tracking img