Keynes et la politique budgétaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (822 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi les keynésiens préconisent-ils une politique budgétaire de relance ? Quelles en sont les conséquences ?

INTRODUCTION

Pendant de longues années, les libéraux interdisaient touteintervention de l’Etat en dehors de ses fonctions régaliennes (la sécurité, la justice..). Au début de la première moitié du XXème siècle, des premiers rôles ont été attribués au budget de l’Etat pourle financement de certaines dépenses sociales mais, tout en gardant sa neutralité sur l économie : concept Etat gendarme.

En réaction à la grande crise de 1929, le monde a connu lanaissance du concept de l’Etat providence ayant pour instrument de base de relance économique la politique budgétaire qui vise le plein emploi. Cette politique, d’inspiration keynésienne, a été observéepour la première fois avec le programme du new deal américain en 1934.

Quels sont les fondements et les justifications de cette politique budgétaire de relance et quels ont sont sesconséquences ?

1. Fondements et justifications de la politique budgétaire

A. le gouvernement a un rôle important à jouer dans la régulation des cycles économiques

Augmentation dela demande globale dans une économie => les entreprises devront augmenter leur production pour faire face à ce surplus de demande => Cette augmentation de production donne lieu à une demande detravail de la part des entreprises, donc à des embauches => Ces nouvelles embauches créent à nouveau de la demande, enclenchant ainsi un cercle vertueux.

L'augmentation de l'activité =>augmente les recettes fiscales => compenser partiellement la hausse des dépenses de l'État (pour une politique budgétaire), et la demande de monnaie, ce qui corrige en partie l'effet inflationnisted'une politique monétaire expansionniste.(effet multiplicateur).

B. Le libre fonctionnement des marchés ne conduit pas forcément à l’équilibre de plein emploi
 Des déséquilibres durables...