Keynes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1963 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
John Maynard Keynes
1883 - 1946

Sous-emploi et demande

« Les deux vices marquants du monde économique où nous vivons sont le premier que le plein emploi n’y est pas assuré, le second que la répartition de la fortune et du revenu y est arbitraire et manque d’équité»
J. M. Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie.

I ) La problématique
Le niveauélevé du chômage depuis les années 1980 a amené sur la scène économique une recrudescence des débats sur les causes d’un phénomène qui devient durable et massif et dont les conséquences économiques et sociales sont graves. Pour les uns, l’explication tient à l’insuffisance de croissance économique pour les autres la faute en revient à un coût du travail trop élevé !
Ces appréciations soulèvent desinterrogations quant aux remèdes à prescrire : Faut-il relancer l’activité économique en recourant aux dépenses publiques ? Faut-il abaisser les impôts et les charges sociales ? Les salaires doivent-ils diminuer pour abaisser le coût salarial ? Faut-il augmenter ou baisser les salaires pour favoriser l’emploi et lutter contre le chômage ? Supprimer le SMIC et l’allocation chômage permettrait-ilde créer des emplois ?
Ces débats ne sont pas nouveaux. En effet, la fixation des salaires, la détermination du niveau de l'emploi, l'existence d'un chômage durable ou non sont des questions qui sont au centre des préoccupations des économistes depuis l'existence de cette discipline.
Les économistes classiques considèrent le travail comme n'importe quel autre bien ; le salaire constitue pour euxun élément régulateur de la population. À partir de la fin du XIXe siècle les néoclassiques vont montrer que le salaire détermine le niveau de l'emploi et que la flexibilité des salaires permet un retour au plein emploi en cas de déséquilibre sur le marché du travail.
Keynes quant à lui, va rompre avec ces auteurs qu'il appelle « classiques » en montrant que c’est le niveau de l'emploi quidétermine les salaires. Par conséquent, c'est dans l'insuffisance de la demande effective qu'il faut rechercher les causes du chômage.

II ) Les acteurs du débat et leurs contextes…

A) Jean-Baptiste Say (1767-1832)
Say naquit à Lyon et commença sa carrière comme employé de banque. À l'âge de 19 ans, il se rend en Angleterre et assiste avec enthousiasme à la révolution industrielle. Il admirel'ouvrage d'Adam Smith, La Richesse des Nations.
Le Traité d'économie politique de Say, publié en 1803, est souvent présenté comme une synthèse entre le libéralisme économique de Smith et les idées politiques et philosophiques de la Révolution Française. De l’oeuvre de Say, l'histoire de la pensée économique a retenu avant tout l'énoncé d'une loi apparemment simple, exposée pour la première fois en1803 : « L'offre crée sa propre demande. » ou encore « Les produits s'échangent contre des produits. »

Le processus de production d'un bien destiné à être vendu sur le marché engendre la création d'un revenu grâce auquel ce bien peut être acheté. C’est ce que l’on appelle la loi des débouchés de Say. Toute crise de surproduction s'avère impossible dans la mesure où le montant des ventes desentreprises (somme des valeurs ajoutées) en étant intégralement reversé et reparti entre les salariés et les capitalistes sous forme de revenus, assure un débouché à la production.
L'épargne, loin d'être une fuite, sert intégralement au financement de l'investissement via le marché des fonds prêtables (= marché des capitaux). Intégralement car, pour J. B. Say, la monnaie n'est utilisée et désirée quepour le produit qu’elle permet d’acheter. Elle n’est qu’un intermédiaire dans les échanges. Elle est demandée pour un motif de transaction uniquement. Comme elle n’est pas demandée pour elle-même, elle n'est donc pas thésaurisée (NB : la thésaurisation est le fait de mettre de l’argent de côté sans le dépenser ni même le faire fructifier).
Les revenus sont donc bien dans leur totalité...
tracking img