Keynes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4837 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Keynésianisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Pour Alan Blinder[1] le keynésianisme s'articule autour de six principaux traits dont trois concernent le fonctionnement de l'économie et trois les politiques économiques. Pour les keynésiens la demande agrégée est erratique; les inflexions de la demande ont une plus grande influence sur laproduction et l'emploi que sur les prix; les prix et spécialement les salaires réagissent lentement au changement de l'offre et de la demande. De là, il en découle que pour les keynésiens, le niveau usuel de l'emploi n'est pas idéal car il est sujet à la fois aux caprices de la demande et à des ajustements des prix trop lents. Aussi, bien des keynésiens, mais pas tous sont-ils en faveur de politiquesde stabilisation. Enfin, et de façon encore moins unanime, certains keynésiens préfèrent les politiques visant à soutenir l'emploi à celles visant à lutter contre l'inflation.
Les grands traits du keynésianisme [modifier]
A la suite de Keynes, les keynésiens raisonnent d'emblée au niveau macro-économique et considèrent que la « théorie classique n'est applicable qu'au cas du plein emploi[2]». Or, écrivant durant la période de crise de l'entre-deux guerres, ce qui l'intéresse, c'est ce qui se passe en période de sous-emploi. De cela découlent deux points clés : l'offre ne crée pas comme chez Jean-Baptiste Say sa propre demande mais dépend de la demande effective ; à la différence des classiques la monnaie n'est pas un « voile » mais influe sur l'économie réelle.
Demande effectiveet loi de Say [modifier]
La demande effective est la demande anticipée par les entrepreneurs. Ces derniers calculent la production qu'ils doivent réaliser afin d'offrir la quantité optimale de biens et de services demandée par les agents économiques. Le sous-emploi des facteurs de production est selon Keynes dû au fait que les entrepreneurs ont des anticipations pessimistes et sous-estiment lademande effective. Keynes à la différence de Jean-Baptiste Say et des néo-classiques ne raisonne pas dans le cadre d'une « parfaite rationalité des agents et... d'une information parfaite sur la situation présente et future[3] » aussi la demande effective dépend de prévisions d'agents qui peuvent ne pas conduire au plein emploi.
Demande effective et marché du travail [modifier]
Pour Keynes,le salaire n'est pas seulement un coût, c'est aussi un déterminant important de la demande. Par ailleurs, pour Keynes, le mécanisme des prix sur le marché du travail n'aboutit pas usuellement au plein emploi d'où l'introduction de la notion de chômage involontaire.
Pour les classiques, l'offre de travail par les salariés dépend du salaire réel w/p. S'il y a du chômage c'est que le salaireréel w/p (w salaire nominal et p indice des prix) est supérieur à la productivité marginale du travail PmL. Le chômage ne peut être que volontaire c'est-à-dire venant du refus de travailler au nouveau salaire d'équilibre. Pour Keynes au contraire le refus des salariés de voir leur salaire baisser est finalement une bonne chose car elle évite une spirale déflationniste[4].
PourKeynes, les salaires nominaux w ne peuvent pas baisser pour plusieurs raisons :
{text:list-item} {text:list-item}
Toutefois Keynes ne récuse pas totalement la théorie classique[7]. En effet, s'il ne croit, ni possible, ni souhaitable une baisse du salaire nominal w, la baisse du salaire réel w/p suite à une montée de l'inflation symbolisée par une hausse de p est pour lui possible[N1]. Cela conduira le courant de la synthèse néo-classique à utiliser la courbe de Phillips dans le cadre d'arbitrages entre inflation et chômage.
Les composantes de la demande effective [modifier]
En économie fermée[8] la demande effective D est égale à la somme de la consommation (C) et de l'investissement (I).
Consommation et épargne [modifier]
La fonction de Consommation...
tracking img