Keynesianisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
École néoclassique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Néoclassique.
L'école néoclassique est un terme générique utilisé pour désigner plusieurs courants économiques qui étudient la formation des prix, de la production et de la distribution des revenus à travers le mécanisme d'offre et de demande sur un marché.L'hypothèse de maximisation de l'utilité qui sous-tend ses calculs économiques la rattachent au courant marginaliste né à la fin du XIXe siècle. Des trois fondateurs du marginalisme à savoir Léon Walras, Carl Menger et William Stanley Jevons, le premier nommé est celui qui a la plus forte influence sur l'école néoclassique actuelle.
Le mot néoclassique a été introduit à l’origine par ThorsteinVeblen[1] en 1900 pour désigner des auteurs qui intègrent la révolution marginaliste initiée par Stanley Jevons et l'école autrichienne (il n'évoque pas Léon Walras). Il classe sous ce vocable notamment Alfred Marshall et les autrichiens. A partir des années trente suite aux travaux de John Hicks le courant walrasien va prendre une place croissance et incorporer une partie de l'apport keynésien àtravers la synthèse néoclassique. Cette évolution va conduire les économistes dits "autrichiens" à se considérer de plus en plus comme hors de l'école néoclassique et à approfondir ce qui les différencie des autres courants marginalistes.
A la question « qui n'est pas néoclassique ? », il est possible de répondre[2] : l'économie marxiste, le post-keynésianisme, l'école autrichienne et certainscourants de la nouvelle économie institutionnelle ou de l'institutionnalisme. Pour E. Roy Weintraub[3], si l'école néoclassique représente l'orthodoxie et est enseignée dans les grandes universités, elle le doit à sa capacité à "mathématiser" et à "scientifiser" l'économie ainsi qu'à fournir des indications susceptibles de nous éclairer sur les conduites à suivre.
Sommaire[masquer] * 1 Historique* 2 L'analyse néoclassique * 3 Les mathématiques comme nouvelle approche de l'économie * 4 Critiques * 5 Notes et références * 6 Annexes * 6.1 Articles connexes * 6.2 Bibliographie |
Historique [modifier]
L'École néoclassique naît de la « révolution marginaliste » dans les années 1870. Si elle connait avec Alfred Marshall et Arthur Cecil Pigou une forte influence, danssa forme actuelle elle deviendra la principale école de pensée au début des années cinquante. Dans la troisième édition de son livre Economics qui a été un des manuels de référence alors, Paul Samuelson écrit en 1955, «  ces dernières années, 90% des économistes américains ont cessé d'être des "économistes keynésiens" ou "antikeynésiens". Ils ont plutôt travaillé à une synthèse de ce qui étaitvalable aussi bien dans l'ancienne économie que dans les théories modernes de détermination du revenu. Le résultat peut être appelé l'économie néo-classique et est accepté dans ses grandes lignes par tous excepté par 5% d'auteurs à l'extrême gauche et à l'extrême droite »[4]. Malgré tout le courant néoclassique reste traversé par une tension entre ceux qui sont davantage keynésiens ou proches dusocial-libéralisme et ceux qui sont plus proches du libéralisme classique dont l'influence grandira dans les années soixante-dix avec notamment : les néo-walrasiens (Kenneth Arrow, Gérard Debreu), l'École des choix publics (James M. Buchanan, Gordon Tullock), les Nouveaux classiques (Robert Lucas Jr, Finn E. Kydland et Edward C. Prescott), l'École de Chicago (George Stigler, Gary Becker) ou encore lesmonétaristes (Milton Friedman). Les néoclassiques sont parfois appelés « néolibéraux ».
Les oeuvres fondatrices du courant néoclassique sont :
* Carl Menger, Principes d’économie (Grundsätze der Volkswirthschaftslehre, Vienne, 1871)
* William Stanley Jevons, Théorie de l’économie politique (The Theory of Political Economy, Manchester, 1871)
* Léon Walras, Éléments d’économie...
tracking img