Khadija

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1172 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Situation de la biscuiterie au Maroc :

Le marché de la biscuiterie est de plus en plus dynamique, en raison d'une concurrence plus vive, liée aussi bien aux efforts de producteurs locaux qu'à la variété des produits importés. En effet, en 2007 le secteur dénombrait 31 entreprises industrielles avec un effectif global estimé à presque 5900 et un Chiffre d’Affaires de plus de 2700millions de DH, avec une croissance annuelle de l’ordre de 17% à 20%. Il faut juste noter qu’un nombre de ces entreprises travaillent partiellement dans une logique de l’informel.
Cependant, même si la production de biscuits est relativement ancienne, et si l'on excepte
l'arrivée sur le marché de BIMO au début des années 80, qui révolutionnera les gammes de produits offertes, ce n'est que depuis 5ou 6 ans avec l'ouverture des frontières que l'on assiste à une réelle diversification des gammes offertes.
Enfin, à l'export, les grandes biscuiteries industrielles semblent frileuses ou du moins ne semblent pas avoir intégré les marchés extérieurs dans leur stratégie de croissance”.


2) Les difficultés du secteur:

Le secteur connaît plusieurs difficultés qu’onprésente comme suit :
 Faiblesse des minoteries à fournir des farines adaptées aux besoins industriels.
 Prix et qualité du sucre raffiné peu attractifs.

 Production locale d’autres intrants (glucose, additifs,…) souvent de qualité médiocre ; de même pour des emballages spéciaux.
 Approches marketing encore limitées mais une réelle diversification des gammes offertes en cours.
 Les produitsfabriqués sont de qualité moyenne, en comparaison avec les produits étrangers, pas nécessairement pour des raisons de maîtrise technologique mais plutôt en raison de la nécessité d’offrir des produits basic aux prix les plus bas. Les industriels sont amenés à adapter les formules et la qualité des matières premières de manière à obtenir un bon produit à un prix acceptable par le consommateur.

Le facteur « prix des matières premières » est décisif pour la compétitivité des produits. Le système tarifaire en vigueur au Maroc se révèle être problématique pour l’industrie locale. En outre, une sous déclaration du prix unitaire à l’importation est constatée, certainement par rapport au prix d’achat dans le pays d’origine.

Aussi, Les experts observent également d’autresfaiblesses de l’environnement externe dans les domaines de la fiscalité, l’accès au financement, les organismes d’assistance technique, les systèmes de formation, l’organisation des associations professionnelles. Ces facteurs impactent évidemment sur tous les secteurs de l’industrie.

3) les mesures de redressements :
Pour pallier à l’ensemble de ces difficultés, certaines mesures deredressements peuvent être utiles. En effet, ces redressements doivent émaner des entreprises eux-mêmes, et aussi du coté des pouvoirs publics.

• Du côté des entreprises :

Les mesures à mettre en oeuvre concernent, outre les aspects liés à l’optimisation des approvisionnements, les fonctions de production et de commercialisation ainsi que

l’organisation et la restructuration desentreprises.
S’agissant de la fonction de production, les efforts devront porter d’abord sur la qualité des facteurs de production : modernisation de l’outil de production et l’usage de technologies performantes d’une part, et mise en oeuvre d’une politique de formation et de qualification de la force de travail, d’autre part. Les entreprises doivent réaliser que l’amélioration du capitalhumain est un préalable à tout progrès en matière de productivité et de qualité des produits. D’ailleurs, l’utilisation optimale de la technologie moderne, très intensive en informations et en symboles, exige l’acquisition au préalable par la main d’oeuvre de qualifications appropriées.


Pour ce qui est des produits, la qualité, la diversification et la différenciation doivent faire...
tracking img