Kkkkk

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 48 (11963 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dossier pédagogique. Les spectacles vivants au Centre Pompidou

La danse contemporaine

Pour une chorégraphie des regards

Entretien avec Serge Laurent
Un bouleversement des codes

Bibliographie
Artistes cités
Informations / Crédits

Depuis janvier 2000, Serge Laurent conduit la programmation des Spectacles vivants du Centre Pompidou, et notamment pour la danse. Comment conçoit-ilson métier de programmateur? De quoi témoignent ses choix ?
Réalisé par le critique de danse Gérard Mayen, ce dossier apporte au public des clés pour comprendre et aimer la création chorégraphique d’aujourd’hui.

Entretien avec Serge Laurent

Un champ en perpétuelle mutation

«La création, ça n’est pas la télé en plus joli.»

Un métier de chercheur
Décrypter, découvrir, plutôt que serefermer
Des artistes qui dépassent l’héritage de références de leur art
Un enjeu: la présence. Un médium: le corps

Un métier de chercheur

Qu’est-ce qui vous a conduit vers votre activité de programmateur de spectacles ?

Une idée simple: fondamentalement une attirance pour l’existant, l’humain. Ce goût m’a d’abord orienté vers l’histoire de l’art. Je m’y suis intéressé avec ferveur, comme àun domaine qui me permettait de sortir des dimensions purement matérielle, rationnelle, de l’existence humaine. Et dans l’histoire, l’art, entendu plutôt comme archéologie, venait faire trace, relique de la création humaine. A partir de quoi, je me suis passionné pour ce mystère de la création. Finalement, pour toucher à son essence, il m’a fallu sortir du passé, parcourir le temps, aller à larencontre des artistes vivants, et de la création en train de se faire.
Pour évoquer cette attitude, j’aime prendre l’image du bouchon emporté par un cours d’eau, et qui ici accélère, là divague, ailleurs semble s’arrêter, vient fleurer la rive, repart encore. Sa course révèle des courants qui n’apparaissent pas à l’œil nu, et il s’attarde par endroits, comme pour mieux s’imprégner.

Dès lors,comment définir votre métier de programmateur ?

C’est un métier de chercheur; un chercheur très soucieux de remplir une fonction véritablement utile, c’est-à-dire de partager sa recherche avec une institution et un public. Sur ce point, je souscris tout à fait à la notion de pédagogie.

Comment la programmation des spectacles vivants s’articule-t-elle au restant des vocations du CentrePompidou ?

Le Centre Pompidou ouvre un champ de possibles extraordinaire. C’est le lieu d’un foisonnement d’idées, d’une confrontation de désirs. C’est aussi un outil impressionnant. Et il se situe au cœur du contexte intellectuel parisien, un contexte fort. Une des vocations du Centre Pompidou est de couvrir et d’ouvrir au maximum le champ de la création, dans une optique pluridisciplinaire. Dans cepaysage, je dirais que je me sens engagé dans la même démarche que celle d’un conservateur d’art contemporain.
La programmation est aussi une réponse au contexte parisien, avec le souci d’inscrire l’institution dans une démarche de production et de diffusion du spectacle contemporain.

Mais, en ce qui concerne la danse, on a l’impression que vos choix sont particulièrement resserrés sur certainesdémarches très actuelles, et couvrent moins le vaste ensemble de la danse contemporaine.

Je présente surtout un champ en devenir, qui connaît une importante mutation. Je veux donner aux spectateurs la possibilité de se faire un regard critique, en sortant du pré carré franco-français dans ce domaine. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de montrer des spectacles qui viennent bouleverser lescodes attendus et connus, qui expérimentent.
J’essaie de rester chercheur. Lorsque je montre une œuvre, ce n’est pas que j’ai la sensation d’en avoir tout compris. Au contraire, c’est souvent qu’elle me pose questions, et que je propose de partager ces questions. Il n’y a pas de recherche qui ne s’avance sur des terrains peu jalonnés.

Décrypter, découvrir, plutôt que se refermer

N’est-ce...
tracking img