Korean dream

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1585 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le potentiel culturel du Rif au service du développement

-Forum du 1er festival des cultures immatérielles Méditerranéennes de Nador. Sous le thème : Patrimoine en partage.
Du 25 au 28 juillet 2007.
- Introduction :
Notre approche se base sur deux éléments fondamentaux: En premier lieu nous allons présenter les éléments d’une vision socio théorique de quelquesproblèmes que suscite le patrimoine culturel régional, tout en se posant des questions critiques sur quelques concepts à ce sujet. En deuxième lieu, nous allons nous intéresser au patrimoine d’une façon générale dans sa relation avec le développement durable.
Dans la pure conception du développement durable intervient tous les secteurs et les structures dans un contexte dialectique visant lebien-être de l’Homme, considéré comme l’élément essentiel de tout projet de développement.
Se basant sur cette hypothèse, nous voyons que le concept du développement s’élargit, à notre sens, pour englober d’autres d’éléments auxquels nous ne sommes pas intéressés avant; à titre d’exemple : le tourisme culturel.
A ce propos, il n’existe pas de définition unique et exhaustive du tourismeculturel. La commission canadienne du tourisme définit le tourisme culturel comme tout voyage ayant pour but essentiel de participer à une activité culturelle et patrimoniale. Cependant l’usage professionnel a voulu qu’on y inclue aussi un tourisme occasionnellement culturel, pratiqué par ceux qui se déplacent pour diverses raisons, tout en profitant de l’occasion d’être "ailleurs", pour se livrer àune activité culturelle.
A partir de cette démarche, nous voyons clairement comment un produit appartenant au patrimoine régional devient un produit économique servant l’intérêt matériel de la région.
Dans son fameux livre « Le Maroc de Demain », Paul MARTY a écrit en 1925, que les français ont colonisé le Maroc tout en se considérant comme des héritiers légitimes des Romains, etqu’ils tiennent le droit de revenir et reconquérir leur territoire après une absence de 15 siècles. Dans cette vision coloniale, la France n’a pas cessé de structurer la recherche historique et archéologique pour légitimer ses intentions coloniales.
Durant la période de 1956 à nos jours, la politique culturelle de l’Etat, basée sur l’idéologie officielle, mène une stratégie arabisante etislamisante de tous les éléments de la culture marocaine, négligeant totalement la question que le Maroc a une identité historique très antique.
Dans le contexte de l’hypothèse clarifiée dans cet avant propos, nous posons la question sur la possibilité d’une stratégie de développement durable selon les normes de la modernité et de la mondialisation actuelle dans le cas d’une négligence totale del’identité plurielle du Maroc. La tâche peut-être s’inscrit sérieusement dans ce qu’Abdelkbir KHATIBI appelait déjà « Le Maroc comme horizon de pensée ».
-Remarques critiques :
Nous avons insisté au début de cette communication sur le rôle du patrimoine régional dans le processus du développement durable en général. Dans cette optique, nous croyons à l’urgence et à l’efficacité desobjectifs suivants:
1) Faire le diagnostique de l’état actuel du patrimoine régional pour pouvoir structurer un inventaire critique global.
2) Revaloriser les compétences et le savoir faire culturel qui émanent soit des milieux universitaires et académiques, soit de la société civile, dans le but d’intégrer toutes les initiatives servant à lancer une stratégie moderne du développementnational.
3) Créer une banque de données à laquelle participe tous les intervenants porteurs de projets et d’idées créatrices.
Quant au concept de patrimoine, soit dans sa forme, ou dans son contenu, il s’agit généralement, d’un ensemble de visions du monde, matériel et immatériel, imaginaire ou monumental, esthétique ou émotionnel; qui appartiennent à notre passé et qui se...
tracking img