Kreisleriana hoffmann

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Kreisleriana d’Hoffmann :
De la littérature à l’opéra

I) Hoffmann : sa vie et son œuvre

a) Biographie

Né à Konigsberg en 1776 et mort à Berlin en 1822. Il change son 3ème prénom Wilhelm par celui d’Amadeus en raison de son admiration pour Mozart.
Il est élevé par ses grands-parents maternels. Ses parents se sont peu occupés de lui, et il s’est senti tellement abandonné qu’il a faitde Kreisler, son alter ego, un orphelin. Il étudie le droit et commence en 1796 une carrière de fonctionnaire. De 1804 à 1807, il séjourne à Varsovie où il mène une vie très active sur le plan professionnel comme artistique. Il constitue un orchestre, compose de la musique. L’arrivée des troupes napoléoniennes l’oblige à rentrer en Allemagne où il s’installe à Bamberg. Il exerce diversesfonctions dans un théâtre dirigé par son ami Holbein. C’est là qu’il publie Les Fantaisies à la manière de Callot entre 1814 et 1815.
Doué pour les arts, le dessin, la peinture, la musique, la littérature, il a du mal à véritablement s’épanouir dans un seul d’entre eux. Il fait des compositions, il écrit, mais il est aussi critique musical. Cependant ses conditions de vie restent précaires car sesrevenus sont très minces. Il meurt d’une paralysie progressive.
b) Que sont les Kreisleriana ?
Les Kreisleriana sont un recueil de 13 nouvelles publiées dans la presse sous forme de critiques musicales entre 1810 et 1814, elles font parti des premières œuvres littéraires d’Hoffmann et ont été réunies dans Les fantaisies à la manière de Callot.
Il s’agit de conversations artistiques consacrées enpartie à la musique, menées par ou portant sur le maitre de chapelle Johannès Kreisler.
Les chroniques musicales prennent l’allure de textes mi-fictifs mi-critiques.

c) Résumés des nouvelles
Les souffrances musicales du maître de chapelle Johannès Kreisler :
La soirée musicale : La scène se passe lors d’un thé esthétique chez le conseiller Roederlin, où les convives sont invités à exposer leurtalent. Le narrateur accompagne au piano les filles du conseiller qui chantent admirablement bien. Ensuite une certaine conseillère des finances veut elle aussi son « moment de gloire » mais elle chante terriblement faux et ce moment apparait être une vraie torture pour le narrateur. Puis des chœurs sont improvisés c’est le point culminant de la soirée. Ensuite le narrateur, pourtant fatigué, estprié d’improviser au piano, ce qu’il fait légèrement à contre cœur. Mais emporté par la musique, il continue un long moment alors que les invités s’éloignent et s’en vont au fur et à mesure. Mais lui est envouté et il ne peut plus s’arrêter puis il compose des sonates et s’exprime sur le talent de certains personnages. Johannès Kreisler souffre donc d’être obligé d’assister et de participer à undivertissement musical dans la haute société. Cette nouvelle montre que le musicien éprouve une hostilité envers les bourgeois « philistin ».

L’ennemie de la musique : Le narrateur raconte ses souvenirs musicaux d’enfance, son père extrêmement doué pour la musique donnait souvent des concerts à domicile accompagné de flute de cor ou de violon. Lui, enfant était obligé d’assister à cesreprésentations privées. Il trompait l’ennui en observant un vieux monsieur faire mille et une grimace en jouant du violon, puis au moment où sa tante se mettait à chanter, il était envahi par l’émotion à tel point que les larmes lui venaient et son père voyant cela le chassait en le réprimandant. C’est sa tante qui a convaincu son père d’apprendre à l’enfant à jouer du piano, le narrateur dit lui-mêmequ’il avait une bonne oreille, un bon goût mais sa maladresse lui faisait grand défaut. L’enfant finit par apprendre à jouer mais il fit honte à son père. Il devait prouver son talent lors d’un concert à domicile. Censé jouer en « E dur » il trouvait que le « F dur » était plus approprié. Un ami du père fit remarquer à ce dernier que son fils ne maitrisait pas le E dur mais avait bien joué en F,...
tracking img