Kundera psychanalyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1614 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans une entrevue à Christian Salmon, Milan Kundera mentionne que «le romancier n'est ni historien ni prophète : il est explorateur de l'existence » . Dans son roman L’insoutenable légèreté de l’être, Kundera met en relation des personnages complexes et contrastés au travers desquelles nous découvrons les réalités de ceux-ci par l’ensemble de leurs caractères psychiques observables. Lepersonnage de Tereza propose un ensemble d’éléments qui se retrouvent dans la théorie freudienne, dont l’impossibilité à vivre sans le regard de l’autre, le stade du miroir non dépassé et les pulsions refoulées.

Tereza a constamment besoin du regard du grand Autre, le regard d’une personne extérieur à elle-même. Pour Tereza, Tomas est son seul et unique grand Autre. Lorsque celui-ci se retrouve avecd’autres femmes ou qu’il pense à une autre femme, parce que Tomas à plusieurs maitresse, le regard de Tomas n’est plus tourné avec Tereza, qui elle voudrait toujours être regardé. Tereza voudrait être la seule femme que Tomas regarde, mais celui-ci échappe au désir de Tereza — désir créé de la frustration — puisqu’il regarde d’autres femmes comme Sabina. Par ailleurs, le non-regard de Tomas versTereza amène celle-ci à envier et à jalouser les femmes que Tomas fréquente. En éprouvant une jalousie envers toutes les femmes que Tomas rencontre, Tereza agit par une répression de ses sentiments, plus précisément la condensation. Celle-ci par mécanisme de défense en veut à toutes les femmes d’avoir accès à Tomas, alors qu’elle-même ni parvient pas. Elle n’accepte pas d’être séparée de Tomas etcondense toute sa tension psychologique provoquée par celui-ci qui l’empêche de satisfaire ses pulsions, dans une jalousie incontrôlée envers les maitresses de Tomas. Cette situation s’apparente également au complexe d’Électre, cependant au lieu d’éprouver un sentiment direct de jalousie envers sa mère, elle éprouve un sentiment généralisé de jalousie en présence des femmes. Lorsqu’elle n’a pasd’Autre qui la regarde, Tereza angoisse. Cette dépendance du regard de l’Autre lui cause le complexe d’infériorité qui l’assujettit malgré elle. Le complexe d’infériorité de Tereza tire sa source non seulement de son problème avec le grand Autre, mais aussi de la relation que celle-ci entretenait avec sa mère. Tereza semble être le « prolongement de la vie de sa mère » . Mère, à laquelle, ellene voudrait pas ressembler puisque « ce qui la contrariait parfois c’était de retrouver sur son visage les traits de sa mère » . Le moi idéal de Tereza ne veut pas ressembler à sa mère et quand celle-ci se voit en les traits physiques de sa mère autant qu’en les traits psychologiques, Tereza se sent honteuse. Le sentiment de honte de Tereza place sa mère dans une position de pouvoir par rapport àelle, ce qui la rend inférieure.
Nous pouvons parallèlement observer l’importance du regard pour Tereza en lien avec le stade du miroir par « ses longs regards répétés devant le miroir » . Le stade du miroir est le stade psychosexuel ou habituellement l’enfant se construit une idée de lui-même en observant son reflet. Elle a constamment besoin de constituer son Moi à travers la découverte dugrand Autre ou d’elle-même avec le reflet que lui procure le miroir. L’autre devient donc son double spéculaire. Lorsque Tereza se regardait dans un miroir, «elle tentait de [se] voir à travers son corps. [..] Ce n’était pas la vanité qui l’attirait vers le miroir, mais l’étonnement d’y découvrir son moi. » Pour Tereza, la découverte de son Moi dans le reflet du miroir n’est pas dépassée, sonmanque de stabilité psychologique l’empêche d’atteindre son développement complet et c’est ce qui fait d’elle une femme immature. Tant que Tereza va mépriser son corps, qui lui fait penser à sa mère, elle ne pourra pas évoluer pleinement. Contrairement à Sabina, par exemple qui exploite et aime son corps Tereza vit sous le poids de son corps qu’elle exècre. Cette immaturité l’amène à la fixation,...
tracking img