La asba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (628 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le vers (du latin versus, « le sillon, la ligne d'écriture », puis « le vers », historiquement « ce qui retourne à la ligne ») est un énoncé linguistique soumis à des contraintes formellesd'ordre métrique. Du respect de telles contraintes, qui peuvent être implicites ou explicites, dépendra, dans une culture donnée et à une époque donnée, la reconnaissance d'un énoncé en tant que vers.-------------------------------------------------

-------------------------------------------------
Les différents types de vers réguliers 
La poésie française privilégie les vers pairs, c'est-à-dire ayantun nombre pair de syllabes.
* l'alexandrin (12 syllabes) qui doit son nom à sa première apparition dans Le Roman d'Alexandre, poème narratif anonyme du xiie siècle. C'est le mètre le plus utilisédans la langue française, dans tous les types d'expression poétique comme les textes du théâtre classique. L'usage traditionnel impose une coupe centrale (la césure) qui divise le vers en deuxhémistiches (6/6). Ex. : « Dans la nuit éternelle / emportés sans retour » (Lamartine) ou « Je tisserai le ciel / avec le vers français » (Aragon).
* le décasyllabe (10 syllabes) dont l'emploi estdominant au Moyen Âge mais plus rare ensuite comporte une coupe traditionnelle 4/6 qui définit des sous-parties paires. Ex.: « Frères humains/ qui après nous vivez » (Villon), mais on rencontre aussi lastructure 5/5 avec un effet de balancement. Ex. « Nous aurons des lits / pleins d'odeurs légères » (Baudelaire)
* l'octosyllabe (8 syllabes) sans coupe régulière se caractérise par la légèreté. Ex. :« Autant en emporte le vent ! » (Villon). Il est assez souvent employé en association avec d'autres mètres plus longs ou plus courts
ex. « Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ? »(Verlaine)
* l'hexamètre ou hexasyllabe (6 syllabes) qui se rencontre seul mais qui est souvent utilisé en association avec l'alexandrin pour rompre la monotonie et la majesté.
Ex. : « Il pleure...
tracking img