La banque et l'entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La relation Banque - Entreprise

Analyse du risque-crédit Entreprise

Mémoire de 3ème Cycle de “ Prospective et Stratégie des Organisations ”,
Conservatoire National des Arts et Métiers,
Paris
1995 - 1996

Diplôme Obtenu en Première Session en Septembre 1996
Mention Très Bien

Olivier NAGEL

( Olivier NAGEL, 09/1996, toute reproduction interdite sans l’accord de l’auteur
PLAN

IJustification de l'existence des intermédiaires financiers 3
I . A Les imperfections des marchés 3
I . A . 1 L'asymétrie d'information 3
I . A . 2 L'assurance de liquidité 5
I . B Spécificité du savoir bancaire. 6
I . B . 1 Acquisition du savoir bancaire et avantage informationnel comparatif 6
I . B . 2 Qualités du savoir bancaire spécifique. 8
II Présentation des troisprincipales phases d'un accord de crédit 11
II . 1 Phase I : Elaboration, par l'entreprise, d'une demande de crédit auprès d'une banque 11
II . 2 Phase II : Etude, par la banque, de la demande de crédit élaborée par l'entreprise 12
II . 3 Phase III : Négociations, entre la banque et l'entreprise, relatives aux caractéristiques du crédit 13
III Présentation des différentes caractéristiquesd'un crédit. Cas d'un crédit finançant l'acquisition d'une machine (investissement productif) et la restructuration d'une entreprise. 14
III . 1 Les caractéristiques du crédit 14
III . 2 Auto-sélection de la clientèle et hasard moral. 16
IV Réduction du risque-crédit et relation banque-entreprise : 17
Présentation de l'approche simplifiée par la théorie des jeux 17
V Apport de l'approchesimplifiée par la Théorie des Jeux 20
V.1 Présentation par l'entreprise d'une demande de crédit auprès de la banque (caractéristiques souhaités par l'entreprise), présentation du projet et d'un business plan 20
V.2 Etude de la demande de crédit de l'entreprise par la banque 22
V.3 La banque étudie la proposition, suite du processus de décision suite au non-rejet de la demande après uneanalyse sectorielle 24
V.4 La banque étudie la proposition, suite du processus de décision suite au non-rejet de la demande après une analyse des données passées et présentes relatives à l'entreprise 27
V.5 Les négociations sur les caractéristiques du crédit, la détermination de la stratégie de l'entreprise et la relation que la banque et l'entreprise entretiendront 31
V.6 Phase denégociation : résultats 36
V.7 Achat du matériel et premier décaissement 41
V.8 Succession de décaissements et défauts de remboursement 44
BIBLIOGRAPHIE 47

I Justification de l'existence des intermédiaires financiers

I . A Les imperfections des marchés

I . A . 1 L'asymétrie d'information

L'existence des intermédiaires financiers - tout comme celle des firmes - est étroitement associéeà la notion d'imperfection des marchés [1]. Dans un contexte concurrentiel pur et en l'absence de réglementation, le caractère spécifique de l'activité bancaire disparaîtrait [2]. Par contre, "Dans un monde incertain avec asymétrie d'information, on peut faire apparaître un intermédiaire qui a certains aspects d'une banque [...]. C'est parce que la banque est mieux située que les autres agents,dans l'asymétrie sur les projets d'investissement, qu'elle parvient à attirer des prêteurs. Encore ne le peut-elle qu'à condition de leur signer des contrats non-contingents. [En effet,] la banque ignore les intentions de ses déposants. Dès lors, l'assurance de liquidité des actifs qu'elle procure est soumise au risque de panique" [3].

L'asymétrie d'information entre la banque et l'entreprisecliente qui sollicite un emprunt est de deux ordres. Le premier type d'asymétrie est lié à l'incertitude qui existe avant la signature d'un contrat et qui conduira à une sélection adverse. Le second type d'asymétrie est lié à l'incertitude qui existe après la signature du contrat et qui conduira au hasard moral et donc au risque de non exécution partielle ou totale des engagements liés au...
tracking img