La bataille de verdun

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (803 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La bataille de Verdun
21 février - 19 décembre 1916

1. Avant la bataille
A la fin de 1915, les hauts commandements rivaux se retrouvent une fois de plus devant la nécessité d’établir des planspour l’année suivante et de conjuguer des vérités, évidentes depuis le premier jour. Falkenhayn (général allemand d’infanterie) voit enfin l’occasion de mener la guerre qu’il juge prioritaire depuis ledébut : celle du front occidental, contre la France et l’Angleterre. Il attribue les échecs passé à l’absence d’un volume suffisant d’obus , donc il envisage de concentrer d’énormes quantités d’obuset de viser un secteur choisi du front allié, qu’il compte réduire à l’état de désert : la victoire s’ensuivra. Son choix se porte sur Verdun. C’est un centre administratif important de l’armée,protégé par un imposant ensemble de forteresse de part et d’autre de la Meuse. Falkenhayn compte frapper fort en commençant par éliminer les soldats qui défendent les forts de la ville grâce à un volumecolossale d’obus. Suite à cela il décimerait les renforts que le commandement français serait contraint de jeter dans la bataille, dans le but illusoire de tenir ce lieu symbolique.

2. Un bon débutpour les allemands

La conséquence logique des décisions prises à la fin de 1915 place Falkenhayn en situation de passer à l’action en février 1916, plusieurs mois avant les Alliés. Il déclenchel’offensive contre Verdun le 21 février. Afin de dévaster radicalement la zone d’attaque, il concentre 2millions d’obus et 1000 canons lourds sur un secteur de 16 kilomètres de front seulement.
Un instantle commandement allemand peut croire qu’il a vu juste. Malgré une résistance acharnée de ce qui reste des défenses françaises, les Allemands progressent de 10km en quatre jours sur la rive droite dela Meuse. Apres l’occupation du fort Douaumont, les journaux allemands proclament la défaite française et toutes les cloches de la mère patrie carillonnent la victoire.

3. Suite moins Glorieuse...
tracking img