La bataille des centaures michel ange

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2370 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
illMICHEL – ANGE LA BATAILLE DES CENTAURES
1492

INTRODUCTION :
Michel-Ange Buonarroti : Sculpteur, peintre, architecte et poète florentin, né à Caprese le 6 mars 1475, mort à Rome le 17 févr. 1564.
Il s'agit d'une sculpture en bas-relief haute de 84,5 cm et large de 90,5 cm d'une profondeur maximale de 15 cm. L'œuvre reflète l'étude par Michel-Ange de sarcophages de l'époque romainetardive ainsi que du style de Giovanni Pisano, des reliefs en bronze de Bertoldo di Giovanni avec une bataille de chevaliers reprise d'un sarcophage du Camposanto di Pisa. Dans le bas-relief de Michel-Ange le mélange dynamique des corps nus en lutte est privilégié et l'effet spatial annulé.
La 1ére mention du relief figure dans une lettre à l’agent des Gonzague à florence. Giovanni BORROMEO,adressée en 1527.
Mythologie des Lapithes et des centaures :
Les Lapithes sont un ancien peuple de Thessalie selon la mythologie grecque. Ils habitait la Perrhébie, sur les bords du Pénée, et eut pour rois Ixion, Cénée et Pirithoos. Les Lapithes étaient d'habiles cavaliers; on leur attribuait l'invention du mors.
Après une rixe célèbre ils expulsèrent les Centaures, qui avaient insulté leur roiPirithoos le jour de ses noces (Iliade, I 266, XII, 128; Odyssée, XXI, 295). Par la suite, les Centaures, revenus en force, finirent par les expulser à leur tour, et les forcèrent à se réfugier, les uns à Pholoé, en Arcadie les autres au cap Malée (à l'extrémité du Péloponnèse). Ces êtres mythiques personnifiant probablement les génies de l'orage, et de la même famille que les Centaures, dont lespoètes les ont distingués plus tard en leur prêtant la forme humaine, et en les représentants comme un peuple réel

ANALYSE GENERALE DE L’ŒUVRE :
Une représentation en marbre de figures nues qui luttent entres elles commandée par un grand personnage de l’époque Laurent le magnifique de son vrai nom Laurent de Médicis grand homme d’état de la grande famille des Médicis. C’est une œuvre non achevée, ony distingue plus de 25 têtes et 20 corps différents sont représentés dans des postures diverses. Des corps classiquement nu forts et beaux. Selon VASARI (1550) le relief illustre la bataille d’Hercule et des centaures, pour CONDIVI (1553) (auteur de l’ouvrage la vie de Michel-Ange) le rapt de Déjanire est la bataille des centaures. Il y’a en majorité des figures masculines, mais qu’elle que uneféminine. Les figures sont nues hormis de rares vêtements privés d’attributs. De la composition ressors un certain dynamisme qui implique chaque corps à différents degrés et qui permet de distinguer l’action des rôles. Dans ce combat qui oppose hommes et centaures certains on l’air de succomber comme le couple de centaures masculin et féminin qui s’affaisse au 1er plan. Au centre un centaure a lebras levé et attire l’attention d’un homme nu représenté de 3 /4 qui le vise avec une grosse pierre. Le type d’armes utilisé est pour la plupart des pierres et des massues en bois ce qui accentue la violence du combat. En haut à gauche un homme saisit les cheveux d’une femme qui se débat.Les centaures s’empoignent ou se lance des pierres. Il y’a un mélange des genres, l’œuvre nous raconterais labataille des Lapithes et des centaures raconté par OVIDE.
-Bataille de Cascina, (copie du carton perdu de Michel-Ange), Aristotile da Sangallo, (Holkham, collection Earl of Leicester). Michel-Ange prend ici presque le contre-pied de son rival en concentrant l’attention sur l’éveil qui précède le heurt : la “Bataille de Cascina” est comme le spectacle de l’énergie se préparant au combat ; lesmusculatures déployées ou contractées donnent à voir l’effort de ressaisissement des Florentins surpris, bien plus que l’issue heureuse de la bataille ou sa mêlée furieuse et indécise. Nombreux, et de générations différentes, furent ceux qui réussirent, avant 1515, malgré l’opposition de Michel-Ange, à pénétrer dans le palais Médicis, où ils s’employèrent à transcrire de diverses façons, ou même à...
tracking img