La belle matineuse de voiture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour le poème du 24, nous nous intéresserons à un poète du mouvement baroque, voire du courant de la préciosité, Vincent Voiture. Le poème "La Belle Matineuse" est représentatif d’un des thèmes baroques sur la femme aimée : celle de la femme dont la beauté surpasse celle du monde, plus précisément qui rayonne plus que l’Aurore et le Soleil.
Le poème de Vincent Voiture vient ici développer, dansla forme du sonnet, le thème de l’apparition féminine qui éblouit. Nous verrons alors comment se développe l’éloge de la femme, de l’amante qui ensorcelle.
La Belle Matineuse
Des portes du matin l’Amante de Céphale,
Ses roses épandait dans le milieu des airs,
Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts
Ces traits d’or et d’azur qu’en naissant elle étale,
Quand la Nymphe divine, à mon reposfatale,
Apparut, et brilla de tant d’attraits divers,
Qu’il semblait qu’elle seule éclairait l’Univers
Et remplissait de feux la rive Orientale.
Le Soleil se hâtant pour la gloire des Cieux
Vint opposer sa flamme à l’éclat de ses yeux,
Et prit tous les rayons dont l’Olympe se dore.
L’Onde, la terre et l’air s’allumaient alentour
Mais auprès de Philis on le prit pour l’Aurore,
Et l’on crutque Philis était l’astre du jour.

Premier quatrain
D’emblée, à travers la périphrase "l’Amante de Céphale", se pose le contexte amoureux.
L’amante de Céphale, prince Thessalien, désigne Eos, la déesse de l’Aurore, Tétanide soeur d’Hélios, le Soleil, donc l’Aurore elle-même.
Cette périphrase est également l’occasion de présenter le monde, l’univers comme animé, personnifié, selon le modemythologique. Une déesse est aussi un élément naturel, et un moment, de l’univers.
Pour bien comprendre les deux premiers vers, il faut noter l’inversion poétique du complément "ses roses" avec le verbe "épandait" et la mise en premier d’un complément circonstanciel de temps mais jouant sur une métaphore de lieu "les portes du matin" pour désigner l’aurore elle-même :
l’Amante de Céphale épandait,depuis les (ou à partir des) portes du matin ses roses.
Le premier quatrain dessine une image méliorative de la déesse : associée aux roses, fleurs de la jeunesse et de la féminité, jeunesse se retrouvant dans "nouvellement", "naissant".
L’Aurore se dessine des traits de l’univers : traits colorés, traits naturels : roses, or, azur.
Elle appartient de plus aux hautes sphères : "cieux", "dansle milieu des airs". Elle est grâce et légereté, elle embrasse le monde.

Second quatrain
Dans un jeu de continuation de la première strophe, qui apparaît alors comme la description du contexte dans lequel prendra place l’essentiel, l’apparition de la nymphe, le poète nous conduit, dans une même phrase, de l’imparfait, temps de l’arrière-plan, "épandait", "jetait", au passé simple, temps durelief : "apparut", "brilla".
Celle qui apparait, c’est celle que l’on nomme "la belle matineuse", l’amante, la jeune femme dont le poète est épris ou s’éprend tout à coup. Pour continuer sur les intonations mythologiques, cette femme est désignée par le terme "Nymphe", renvoyant à ces jeunes beautés, divinités féminines de la nature. Cependant on peut interpréter cette désignation comme hyperboleet compliment.
En effet, le poète parle ensuite d’"une Philis", prénom fréquemment utilisé pour désigner la femme aimée dans la poésie baroque et précieuse.
L’image de l’amante du "je poétique", le poète qui dit "je" sans pour autant vraiment parler de lui en tant que personne réelle, est d’emblée ambigue. La femme superbe dans la galanterie baroque est aussi la femme cruelle, l’amour faitsouffrir, l’amour brûle et dévore, tient le poète réveillé la nuit et le jour tourmenté : "à mon repos fatale".
Au vu de la tendance parfois érotique de certains poèmes précieux, d’aucuns pourraient y voire une allusion de ce domaine.
Le second quatrain construit déjà un jeu de rivalité entre l’Aurore et Philis. Les "traits d’azur et d’or" sont devenus des feux, et s’accumule le vocabulaire de la...
tracking img