La bipolarisation du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2722 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I/ Fin du colonialisme et la décolonisation

A/Le colonialisme et ses motivations :

Le colonialisme est une doctrine ou une idéologie justifiant la colonisation entendue comme l’extension de la souveraineté d’un état étranger sur des territoires situés en dehors de ses frontières nationales.
Ses motivations peuvent êtres :
-Motivations économiques (S'emparer des richesses d'un pays, etassurer l'approvisionnement en matières premières, Forcer l'ouverture commercial, Contrôler les routes commerciales...)
-Motivations stratégiques (Empêcher l'expansion de puissances concurrentes ; Acquérir ou améliorer une position stratégique)
-Motivations idéologiques (Augmenter la puissance et le prestige de la nation, Répandre une religion).
B/ La décolonisationLa décolonisation est le mécanisme qui conduit les pays colonisés à accéder à l'indépendance politique, économique et juridique envers le pays colonisateur. Selon certaines doctrines. Ces pays colonisés (ou « colonies ») étaient occupés, peuplés et exploités au profit d’un Etat plus puissant appelé « métropole »
1/Chronologie :
* 1945-1955 : un contexte favorable :
a. Despuissances coloniales discréditées et affaiblies
- Défaite en 1940, la France a perdu de son prestige dans les colonies africaines et elle n'a réussi à maintenir sa tutelle que grâce à l'aide américaine. L'Angleterre sort vainqueur de ce conflit mais épuisée et son prestige est amoindri surtout à cause de ses revers asiatiques.

- Les États-Unis et l'URSS, vainqueurs de la guerre, se font les hérautsde l'anticolonialisme. Les Américains rappellent qu'ils sont une ancienne colonie et les Soviétiques se réfèrent à la tradition révolutionnaire du communisme.
- L'ONU nouvellement créée en 1945 (charte de San Francisco), sert de tribune aux revendications libératrices et aux attaques contre les métropoles de la part des États sud-américains, arabes ou asiatiques.
b. L'essor des mouvementsnationalistes et contestataires
- Les élites africaines se sont formées en Europe et se sont inspirées des valeurs européennes de droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
- À la fin de la guerre, essor de mouvements nationalistes cristallisés autour du refus de la présence étrangère : le parti de l'Istiqlal au Maroc, le néo-Destour en Tunisie avec Habib Bourguiba, le panafricanisme de KwameNkrumah au Ghana (la Côte-de-l'Or)...
- Au début des années 1950, la quasi-totalité des colonies asiatiques est libérée et ces pays servent d'exemple pour l'Afrique. En 1955, la conférence de Bandung en Indonésie, à laquelle participent plusieurs délégations africaines, condamne le colonialisme et rappelle le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
c. Des métropoles sourdes auxrevendications
 Face à ces revendications, les métropoles ne proposent que des avancées bien insuffisantes.
 L'Angleterre s'oriente vers un Self-government, forme d'autonomie pour ses colonies, processus « gradualiste » qui s'effectuera par étapes.
 La France crée l'Union française en 1946 mais n'envisage ni autonomie ni indépendance.
 Les positions du Portugal et de la Belgique sont similaires.
Lacolonisation et le système colonial, critiqués et contestés de toutes parts, ont vécu, et la décennie qui s'annonce en 1955 sera celle des libérations.
* 1955-1965 : une décolonisation quasi-totale
a. Des indépendances négociées :
1. Dans la plupart des pays africains, l'indépendance est octroyée sans violence après négociations et dans le cadre d'accords.
2. Le Ghana, dirigé parNkrumah, est le premier pays noir indépendant et son leader prêche l'unité africaine (1957).
3. Dans sa foulée, la plupart des colonies anglaises (Nigeria, Gambie...) obtiennent l'indépendance mais restent attachées à l'Angleterre grâce au Commonwealth.
4. L'Afrique noire française (Mali, Côte d'Ivoire, Sénégal...) envisage une forme d'autonomie et non l'indépendance. A partir de 1956, la loi-cadre...
tracking img