La brièveté de la vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1592 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Vivre ou mourir

La philosophie est une science qui tente de répondre aux diverses questions existentielles de l’Homme. Elle est d’autant plus captivante lorsqu’elle s’intéresse à des points qui sont liés directement à notre façon de vivre. C’est surtout dans l’éthique, ou philosophie morale, que de tels sujets sont traités. Sénèque reste un incontournable quant à ce domaine. Avec Labrièveté de la vie[1], il tente d’expliquer sa vision de la vie réussie ou de la vie heureuse, tout en donnant des contre-exemples de gens qui ratent leur existence et qui passent à côté de celle-ci. Et moi, suis-je en train de bâtir une vie accomplie? Voilà une question qui mérite développement. Pour y répondre, plutôt que de me baser sur les critères que défend notre société contemporaine, je vaisaborder la théorie stoïcienne telle que développée dans l’Antiquité. Alors, il sera d’abord question dans ce travail de la conception de la vie idéalisée que se fait Sénèque, et ensuite d’une mise en perspective de celle-ci dans mon expérience de la vie dans le but de critiquer La brièveté de la vie.

Avant toute chose, Sénèque nous met en garde vis-à-vis ceux qui proclament que la vie estcourte. Ce n’est pas le fait que la vie n’est pas longue qui la rend brève, c’est le fait que la majeure partie du temps que nous avons est perdue, gaspillée. Sénèque explique que la durée de la vie importe peu, seule sa qualité peut servir pour la qualifier de brève ou de longue. Qui sont ceux qui ratent leur vie? Avant tout, ce sont ceux qui sont des êtres de passions, qui sont dominés parcelles-ci. Celui qui est passionné ne possède aucun repos et est pris dans l’instant présent, sans jamais se rendre compte que le temps file à toute allure. C’est ce qui est mis en lumière dans l’extrait suivant : « […] [le temps] s’échappera nécessairement bien vite de vous [ceux qui ratent leur vie] ,[…]car vous ne ralentissez pas la plus rapide des choses, mais vous la laissez partir comme s’ils’agissait d’un bien surabondant et renouvelable. »[2] La même chose se produit avec ceux qui sont occupés dans leur travail, ceux qui s’occupent avant tout de leur réussite monétaire et professionnelle. Ils n’ont plus de temps pour autre chose, ils n’ont plus la possibilité de vivre. Ils placent tout leur désir de bonheur à plus tard, c’est-à-dire à leur retraite. Sénèque conçoit cela comme une vieratée, car comment peut-on savoir si la mort ne nous attend pas au soir? C’est nous ôter l’instant présent en nous disant que l’avenir sera différent. De plus, ceux qui sont occupés et ne prennent pas le temps de vivre sainement n’ont pas la possibilité de regarder dans leur passé, point important pour Sénèque. Effectivement, si une personne ne regarde pas en arrière, au temps qui est le plus sûr carn’est plus sous l’influence de la Fortune, il ne peut comprendre les vices qu’il a commis. Il ne peut avoir de remords et ainsi changer le cours de son existence. Par logique, si une personne oublie le passé et craint l’avenir parce qu’elle a peur de ne pas réussir, que lui reste-elle? Le présent, ce moment qui « cesse d’exister avant d’arriver, qui est toujours en marche, qui s’écoule et seprécipite. »[3] Voilà pourquoi la vie est brève pour ces gens-là. Lorsque vient le moment de mourir, ils constatent alors qu’ils ont été occupés à ne rien faire.

À l’opposé, la vie réussie selon Sénèque n’a rien à voir avec l’argent, la gloire ou l’espérance de vie. Selon lui, la façon de rendre notre vie longue et même immortelle réside dans la fusion du passé, du présent et de l’avenir. Celapeut se faire que par un seul chemin, celui de consacrer toute son existence à la sagesse. En d’autres mots, c’est de mettre sa vie au service de la philosophie et d’étudier les grands hommes et leurs pensées. « […] Ces grands hommes [nous] mettent sur le chemin de l’éternité et [nous] [élèvent] jusqu’à un lieu d’où personne ne peut être précipité. C’est le seul moyen de prolonger sa...