La buffet rimbaud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I- La personnification du Buffet
emploie de la 2nd personne : relation dialoguique, humanisation
aliteration en "ch", "v", "f" => impression de bruissement du Buffet
alteration en "t" : porte qui s'ouvre => vie
il peut raconter les histoire qu'il contient
comparé à une vieille personne (femme)
le buffet eveil tous les sens (les champs lexicaux des 5 sens sontprésents)
 
 
II- Le thème de l'espace doublé d'un appel au temps passé
 1 - L'espace
Grand epace du Buffet
le meuble est rempli
gagne de l'espace "ouvre lentement ses grande portes noires
2 - L'epace est multiplié par le temps
Grand et vieux
viellesse renforcée par la redondance "vieille vieillerie"
les termes qui concernent la vieillesse sont en debut ou en fin de vers: v1, v2, v10
recherche de Rimbaud sur ses propres origines
 
 
III- Une apparente simplicité
 
pas de métaphores
pas de recherches pointues
MAIS
1 - harmonie sonore
sonorités recherchée aliterations en "f" et "v" + répétitions sonores "médaillons", "mèches"...
=> le poème s'entend comme un bruissement
alitérations en "t" v13 => impression d'effort
2 - ton
audébut : neutre puis onirique (rève) grace au conditionnel + évocation au féerique, au fabuleux (griffons...)

Texte poétique : A.Rimbaud, « Le buffet », in Poésies, 1870.
 Questions :
I-                   Le buffet :
1)     Le texte proposé appartient au genre poétique : c'est un extrait d'un recueil intitulé Poésies. Plus précisément, c'est un sonnet composé de deux quatrains et deuxtercets. Chaque vers est constitué de douze syllabes : il s'agit d'alexandrins. Les rimes sont organisées selon un schéma croisé ABAB. Il présente des images nombreuses : « comme un flot de vin vieux » (v. 4). Enfin Arthur Rimbaud l'auteur est un poète du XIXème siècle
2)     Le buffet est large, en bois sombre, ouvert, et rempli.
3)      L'adjectif « vieux » est répété. Il n'a pas ici uneconnotation péjorative car il est associé aux terroir « vin vieux » qui fait la qualité d'une chose. En outre cette qualité oblige le témoin au respect.
4)     Les parfums que dégage le buffet sont engageants : ils nous incitent à les humer davantage. Il en de même pour les autres sens qui sont sollicités : la vue par l'évocation des objets comme « les chiffons, dentelles flétries ou fichus »  ou encorel'ouïe puisque le buffet produit en s'ouvrant un bruit caractéristique : « tu bruis » (v. 13). Tous ces sens dominés par l'odorat nous conduisent à lui. 
II-                Un contenu évocateur :
5) Pour illustrer le contenu du buffet évoqué dans le second quatrain, nous pourrions suggérer le titre suivant : « le linge de famille ».
6)  a)  Parmi les expansions du nom ont peut citer : lesadjectifs qualificatifs « odorants et jaunes » qui qualifient linges, le complément de détermination « de vieilles vieilleries » qui complètent fouillis, et enfin la proposition subordonnée relative « où sont peints des griffons » qui précise fichus .
     b) L'accumulation de ces expansions produit un effet mimétique : il imite le contenu dense et varié de ce buffet.
7) « fouillis » renvoie à l'idéed'un désordre parmi une profusion, comme le suggère « tout plein » (v. 5).  En effet, on trouve dans ce buffet des objets aussi différents que des linges, des portraits ou des fleurs séchées. De plus, ces objets auraient appartenu à des individus très différents : grand-mère ou enfants ; c'est ce que confirme la métonymie « cheveux blancs ou blonds » utilisée pour désigner les individuseux-mêmes. Le présentatif « c'est là que » introduit cette diversité. Les énumérations suggèrent également cette variété : « médaillons, mèches, […] portraits ». Le verbe « se mêle » confirme cette idée. Les phrases sont longues souvent complexes et construites à partir de nombreuses expansions. 
8) Les vieilles vieilleries ont quelques points communs avec les éléments cités dans le premier tercet :...
tracking img