La bulle unam sanctam

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1849 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

La Bulle Unam Sanctam est une bulle pontificale de Boniface VIII sur l’unité de l’Eglise donnée le 18 novembre 1302.
Le terme de bulle pontificale tire son origine de la Grèce antique où l’usage de la bulle de métal était diffusé par un processus d’imitation qui faisait concurrence au sceau de cire. A partir de Moyen-âge, la bulle désigne l’acte pontifical écrit et scellé d’unsceau rond en plomb. A l’avers sont gravées les têtes de Saint Pierre et Saint Paul et au revers, le nom du pape régnant. La bulle pontificale est un texte normatif traitant du gouvernement de l’Eglise.
Le Pape Boniface VIII, Benedetto Caetani (1235-1303) est l’un des meilleurs canonistes de son temps et le dernier partisan de l’augustinisme politique, c’est-à-dire de la théorie pontificale. Ilobtient le chapeau de cardinal en 1281 et sera élu pape le 24 décembre 1294. Politiquement, il s’affronte au roi français Philippe le Bel quand celui-ci prétend imposer une décime, un impôt perçu par le roi de France sur le clergé, sans l’accord du pape. Boniface VIII défendra durant sa papauté la théorie de la supériorité du pape dans toutes les affaires de l’Eglise et du monde. Ainsi, la bullese présente comme un exposé des principes qui règlent les rapports entre le pouvoir spirituel de l’Eglise et les pouvoirs temporels.
La bulle fut écrite au moment d’un dur conflit entre le pape et la royauté, né au XIIIème siècle avec l’avènement de deux théories antagonistes. La première, celle des Grégoriens, affirme la supériorité du pape sur le fondement de la théorie de la théocratiepontificale. La deuxième, défendue par les légistes du roi, soutient l’ancienne idée que « le roi est empereur en son royaume ».
L’enjeu se complique quand Philippe le Bel devient roi en 1285. Le fils de Philippe III réagit contre l’empiètement du pouvoir spirituel sur la souveraineté royale. En effet, le souci des âmes et du strict respect des règles du droit canonique poussent les juges ecclésiastiquesà intervenir dans les affaires de nature laïque. La bulle Unam Sanctam fait suite à la bulle Ausculta fili de 1301, dans laquelle le pape montre son désir d’entretenir d’autres rapports avec le roi de France, et affirme que le chef de l’Eglise est « au dessus des rois et des royaumes ». En réaction à cette bulle, Philippe le Bel rassemble un concile de prélats (dignitaire ecclésiastique ayantreçu la prélature, c’est-à-dire une dignité ecclésiastique conférée par le pape, le plus souvent honorifique, ou comportant une juridiction territoriale ou personnelle) français en avril 1302. L’assemblée démontre que le roi de France tenant son royaume de Dieu serait alors indépendant du pape. C’est alors que Boniface VIII rédige la bulle Unam Sanctam, devant laquelle le roi réagit de manière assezradicale. Il envoie un conseiller l’arrêter à Anagni pour l’amener en France et le faire juger par un concile. Devant son arrestation, le pape se couvre de sa tiare, prend en main sa crosse et les clefs en disant « Je suis pape, je mourrai pape ». Boniface est délivré par la population locale, mais meurt un moi plus tard à Rome le 11 octobre 1303.
La bulle Unam Sanctam réaffirme la nécessitéd’appartenir au corps du Christ pour obtenir le salut éternel. De plus, elle déclare que le pouvoir temporel est exercé en relation avec le pouvoir spirituel (théorie des deux glaives, développée par Anaïs).

Nous en venons alors à nous demander dans quelle mesure Boniface VIII, par sa théorie de la théocratie pontificale, dresse-t-il une vision hiérarchisée des pouvoirs spirituel et temporel et tentepar là de soumettre le prince ?

Nous verrons tout d’abord en quoi l’Eglise romaine est dite une, universelle et souveraine, puis nous étudierons la théorie de la supériorité de l’Eglise et ses contestations.

I. L’Eglise romaine : une, universelle et souveraine

A. Unité et universalité de l’Eglise

Après avoir analysé la vision de Boniface VIII d’une Eglise catholique une et...
tracking img