La bureaucratie africaine...

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1069 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
La bureaucratie est l'ensemble des fonctionnaires ou plus largement l’ensemble des employés affectés à des tâches administratives. Le fonctionnement de la bureaucratie est caractérisé par une hiérarchie claire, des postes de travail bien définis, une division des responsabilités, des procédures strictes, une gestion précise des dossiers en vue de la satisfaction des bénéficiaires, àsavoir la population. Cela nous amène à poser la question de savoir si effectivement la bureaucratie a une influence sur les organisations africaines ? Laquelle influence témoignera de l’état actuel de ces organisations. Ainsi nous allons d’abord analyser l’évolution des organisations africaines avant l’avènement de la bureaucratie, ensuite l’impact de la bureaucratie sur la performance desorganisations et enfin les enjeux qui en découlent.

I. Les organisations africaines avant l’avènement de la bureaucratie
De prime abord, rappelons l’importance que les Egyptiens ont toujours accordée à l’organisation et à l’administration. Nous en voulons pour preuve la construction des pyramides et des autres édifices qui font la grandeur du patrimoine historique égyptien, et qui ont nécessitéla conjonction d’efforts communs. Pour une bonne exécution de ces travaux, il a fallu élaborer des procédures administratives et managériales. Dans le même ordre d’idées, nous rappelons que les anciens empires du Ghana, du Mali et du Songhaï avaient des infrastructures économiques et des armées organisées, ce qui a dû demander des compétences organisationnelles managériales adaptées au contextelocal.
Le système africain traditionnel visait à limiter les dégâts et à éviter l’accaparement de la propriété par des individus, tout en réservant à chaque individu la possibilité de disposer d’un lopin de terre afin d’affirmer ses capacités propres de création. Il y avait à la fois cette idée qu’il ne fallait pas mettre la terre dans le marché et la laisser à la merci des plus forts. Mais ilne fallait pas non plus laisser le sol à la disposition de l’Etat ni de privés-privés, ni l’Etat tel était la consigne. Il pouvait y avoir dans le système africain traditionnel, des secteurs réservés. Par exemple dans les mines d’or de l’empire du Mali, les pépites d’or revenaient au roi et la poudre d’or aux orpailleurs. Le système était agencé de telle manière que le minimum était assuré àtout le monde. On évitait en même temps que les détenteurs n’accaparent la propriété au point de frustrer la masse de la population.
Le management n’est pas donc un phénomène nouveau en Afrique mais avec la colonisation, des modèles de management occidentaux, notamment, l’administration bureaucratique et l’organisation scientifique du travail, se sont substituées aux modèles d’organisationtraditionnelle.

II. Impact de la bureaucratie sur la performance des organisations africaines
Pour le grand public, "bureaucratie" est souvent synonyme d'inefficacité, de paresse, de dépenses inutiles, d'effectifs pléthoriques, de privilèges. Le seul but de la bureaucratie serait d'assurer sa pérennité et de s'accroître toujours plus, au détriment des "vrais travailleurs".
Les mauvaisespratiques de gestion dans les organisations africaines ont déjà fait l’objet de nombreuses analyses. De manière générale c’est la gouvernance qui est mise en cause. Certaines analyses dénoncent l’inadéquation des outils de gestion qui conçus en Occident sont transposés dans les organisations africaines sans réelle tentative d’adaptation au contexte local. L’organisation et son management font de plus enplus l’objet de réflexion des chercheurs d’Afrique et d’ailleurs. Malgré ce regain d’intérêt, les mauvaises pratiques sont toujours au cœur des dissertations concernant le management des organisations africaines notamment par les institutions de Betton Woods (BM et FMI) et les organisations non gouvernementales (ONG).
Par mauvaises pratiques nous entendons la prévarication qui se traduit sur...
tracking img