La carrière sportive de haut-niveau à travers le concept de « vocation ». cas de l‟athlétisme.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 136 (33792 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Université de Bourgogne Faculté des Sciences du Sport – UFR STAPS
Année Universitaire 2009-2010

La carrière sportive de haut-niveau à travers le concept de « vocation ». Cas de l‟athlétisme.

Sous la direction de Madame Erard.

Mathiot Cyril Master 1ère année SPS Mémoire soutenu en septembre 2010

Page 1

Remerciements:

Je tiens tout particulièrement à remercier, dans un premiertemps, les dix athlètes qui ont accepté de participer aux entretiens, et de m'avoir généreusement accueilli chez eux ou sur leurs lieux d'entraînements.

Je remercie également Madame Erard, pour m'avoir guidé dans la réalisation de mon étude et la rédaction de ce mémoire.

Page 2

SOMMAIRE

Introduction

I.

Revue de littérature et hypothèses………………………………………………….p.5 1) Des notions de« don », de « talent » et de « passion » à déconstruire………….p5 2) Le concept de « vocation » et de « carrière »……………………………………..p11 3) Le poids des facteurs socio-institutionnels dans l'accès au haut niveau………...p12 i. Le statut haut niveau en France : un contrôle partiel de l‟Etat….p12 ii. Le système de classement en athlétisme………………………….p13 4) L‟influence de la famille dans la construction de lavocation…………………...p15 5) Le poids de l‟articulation des sphères de socialisation……………………………p19 6) L'institution sportive dans le haut niveau………………………………………..p22 7) Les conditions sociales d'existence……………………………………………….p24 8) Nos hypothèses…………………………………………………………………….p25

II.

Méthodologie………………………………………………………………………p27 1) Les critères de choix des interviewés……………………………………………..p27 2) Lesconditions de réalisation des entretiens………………………………………p28 3) Le guide d‟entretien ………………………………………………………………p28

III.

Résultats…………………………………………………………………………..p30 1) Biographies des athlètes………………………………………………………….p30 2) Explications possibles…………………………………………………………….p85

IV.

Discussion……………………………………………………………………….p88 1) L'impact sociologique……………………………………………………………p88 2) L'impactinstitutionnel…………………………………………………………..p92

V.

Conclusion………………………………………………………………………p95 1) L'important rôle de la famille……………………………………………………p95 2) Le cercle amical………………………………………………………………….p96 3) Les sacrifices envers la ou le partenaire amoureux ……………………………p97 4) Une passion alternée par d'autres loisirs………………………………………..p98

Page 3

5) L'impact de l'aspect financier…………………………………………………...p98 6) Les conditionsscolaires et l'importance des aménagements…………………p99 7) Les conditions et les structures d'entraînements………………………………p100 8) L'entraîneur, une place à part dans la vie de l'athlète…………………………p101 9) L'âge d'or à l'intégration ou non d'une élite sportive………………………….p101

Bibliographie……………………………………………………………………………p103

Annexes…………………………………………………………………………………p105

Page 4

INTRODUCTION

Ce travailde recherche s'inscrit dans le prolongement d'un cours de Licence 3ème année de STAPS sur « la production sociale des élites sportives ». Celui-ci m'avait particulièrement saisi, d'autant plus que je pratique l'athlétisme depuis 14 ans, mais à un niveau moindre. Il m'est souvent arrivé d'avoir une réflexion sur les causes de ma ''nonréussite'' sportive au haut niveau, malgré les heuresd'entraînements effectuées durant toutes ces années, ainsi que le nombre de répétitions motrices. Ma spécialité étant la course de demifond, notamment le 3000m steeple, je me prépare physiquement tel un athlète de haut niveau. Pourquoi donc n‟ai-je pu aboutir, comme de nombreux autres sportifs, au statut de haut niveau avec cependant le même type d'entraînement que ces athlètes? D'autres facteursrentrent-ils en compte, autres que la cause physique, permettant l'accès au haut niveau?

Il semblerait que le type de discours, quant à la formation de l'athlète ou du joueur de haut niveau, tend à changer, donnant l'impression d'une remise en question sur l‟accès à ce haut niveau en athlétisme. Étant de moins en moins considéré uniquement via certains aspects (techniques, morphologiques,...