La chevalerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
JEAN FLORI, « Chevalerie », DROM, 1999, p. 199-213.
 CR par Thomas Jacob

Le terme « chevalerie » se définit de manière générale selon deux sens. Premièrement, au sens militaire, la chevalerie désigne un groupe de professionnels composé de guerriers d'élite. Cette cavalerie lourde joue un rôle majeur au cœur des batailles, du XI° au XIV°siècle, avant l'arrivée de l'archerie puisde l'artillerie qui la détrôneront. Deuxièmement, « faire chevalerie » ( milite facere) signifie à la fois charger et accomplir de hauts faits d'armes, exploits chevaleresques. En outre, s'y ajoute la connotation sociale, de plus en plus aristocratique ainsi que la connotation religieuse à partir du X°siècle.

I) Une corporation de guerriers d'élite.
Les chevaliers sont avant tout dessoldats, appelés milites dans les textes latins, au service des vassaux. Dès la fin du XI°siècle, toutefois, le terme milites se substitue à equites, opposé à la piétaille. La chevalerie occupe dès lors le devant de la scène suite au succès de Hastings ( 1066). La première raison d'une telle expansion est d'ordre technique et technologique. L'étrier se généralise en Europe au VIII°siècle, assurant, avecl'aide de selles plus profondes et d'harnachements perfectionnés, une meilleure assise au cavalier. Aux IX°et X°siècles, ces progrès favorisent le combat à cheval et au XII° siècle, la technique du choc frontal s'impose, utilisant la lance en position horizontale fixe dont l'efficacité dépend de la vitesse du cheval. La charge compacte des cavaliers acquiert désormais une force de pénétrationredoutable. Cette nouvelle méthode donne véritablement naissance à la chevalerie. L'équipement du chevalier se compose des armes offensives que sont l'épée et la lance ( 4 mètres au XIV°)et du haubert, cotte de maille souple( 10 kg), remplacée aux XIV et XV° siècles par des armures rigides mais articulées, rendant le chevalier invulnérable tant qu'il est à cheval mais très fragile une fois à terre.Le heaume (casque) est d'abord conique et prolongé par un nasal au XII° puis se referme au XIII° siècle, avant de se munir de ventailles. Quant au bouclier, il est souvent pointu à la base, suspendu au col pour un maniement de la lance plus aisé. L'écu est couvert de blasons, à la fois signes de reconnaissance et d'appartenance à une maison prestigieuse. Les chevaux de combat sont les destriers,entrainés aux charges et aux mêlées. De plus, c'est l'écuyer qui se charge de l'entretien de l'équipement du chevalier.

II) L'évolution de l'idéologie chevaleresque
A) Noblesse et chevalerie
Au X°siècle, l'autorité publique en France passe aux princes puis aux châtelains qui font régner leurs lois grâce à leurs milites, vassaux ou serviteurs armés entretenus au château. Par conséquent, dansla société laïque, se creuse un faussé entre ceux qui exercent un pouvoir politique, économique et judiciaire au sein de le châtellenie et les paysans. Ainsi, les chevaliers côtoient l'aristocratie qu'ils servent et s'y fondent à travers les mœurs et mentalités communes puis l'évolution de leur statut socio-économique. La Chevalerie devient une classe héréditaire aristocratique dans laquelle onentre par l'adoubement( cérémonie honorifique qui tendra à disparaître au XIII siècle), que l'on réserve finalement aux seuls fils de chevaliers. La noblesse contrôle l'entrée en chevalerie et en réserve l'accès à ses propres membres, la dignité chevaleresque conférant un surcroît d'honneur. A la fin du XII° siècle, la chevalerie devient l'expression militaire de la noblesse qui recrute ses membrespas cooptation. Au XIII°, la reprise en main du pouvoir par les rois accentue ce phénomène, chevalerie et noblesse se confondant.
B) Eglise et Chevalerie
La chevalerie se voit également influencée par l'Église qui tente de se protéger des seigneurs de la guerre lors de l'affaiblissement du pouvoir central au X° et XI° siècles. En effet, l'Église essaie plusieurs fois de réfréner la violence...
tracking img