La chevelure de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (828 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Héritier du romantisme, Baudelaire est précurseur du symbolisme, dont les grands représentants sont Verlaine et Rimbaud. La poésie de Baudelaire étant unique, il est impossible de le confiner à uneseule école littéraire. Le recueil Les Fleurs du Mal comprend plusieurs thèmes dont, entre autres, celui du voyage. Dans le poème « La Chevelure », il y a le voyage guidé par l’odeur de la« toison ». Dans ce texte, les cheveux sont un recueil de sensations, le point de départ d’un vers la révélation de souvenirs comme inspiration poétique.

Dans le poème « La Chevelure », une étroite associations’établit entre la « toison » et la sensualité féminine. Baudelaire illustre la chevelure comme un recueil de parfums exotiques et enivrants. En effet, c’est plus précisément l’odeur des cheveux quiprovoque l’extase du poète. Ceci est mis en évidence par différents procédés littéraires, entre autres par l’anaphore et l’interjection « Ô » des premiers alexandrins. L’interjection sert à invoquerou à interpeller, mais elle sert aussi à traduire un sentiment d’admiration pour cette parure féminine : « Ô! Toison » (v.1.), « Ô boucles! » (v.2.) et « Ô parfum » (v.2.). L’anaphore relie d’aborddeux termes se rapportant à la chevelure au mot « parfum ». Cela met en évidence le fait que c’est bien l’odeur de la chevelure qui provoque l’extase. De plus, les cinq points d’exclamation renforcentbien l’effet d’admiration, d’emportement et de passion du poète. Ensuite, en plus de provoquer l’extase du poète, l’odeur de la chevelure permet le passage de la sensualité au pays rêvé, l’Orient.Baudelaire réfère à la « langoureuse Asie » (v.6.) et à la « brûlante Afrique » (v.6.) qu’il personnifie. Il suggère également qu’un « monde lointain, absent, presque défunt, ». (v.7.) Il abolit lesfrontières entre l’Orient et l’Occident, à travers ces vers : « Où les vaisseaux, glissant dans l’or et dans la moire,/Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire/D’un ciel pur où frémit...
tracking img