La chirurgie esthétique et la société

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Problématique

De tout temps, l’Homme a recherché la Beauté. Il en est ainsi dans l’art, l’architecture, la peinture. La Beauté est une valeur en soi, et elle peut s’appliquer au corps humain. Le fait de toujours vouloir plus dans tous les domaines caractérise l’être humain, et ce même pour sa propre apparence. Se sentir beau participe à la confiance en soi, à son estime personnelle etl’impression de présenter une belle apparence aide à se sentir bien. Plaire est un besoin presque pathologique. De plus, l’Homme n’a jamais aimé l’idée de mourir et a toujours cherché la longévité. Le désir de cacher les vieillissements, les prémices de la mort peut conduire à modifier son corps. Ainsi la beauté avec des critères propres à chaque époque, a toujours été un ascenseur social. En effet, il estalors plus facile de trouver un bon emploi ; une belle femme a plus de chance de trouver un mari riche. Pour toutes ces raisons, l’Homme cherche à s’embellir, et peut passer par la chirurgie esthétique. Cette pratique se banalise, avec une augmentation chaque année des interventions.

Comment la société amène-t-elle à avoir recours à la chirurgie esthétique ?

Nous allons voir que cettepratique n’est pas récente, mais s’est accentuée avec les contraintes de notre société contemporaine et l’influence des médias, ce qui en renforce le besoin. Ensuite, nous allons étudier les moyens utilisés et leurs limites.

I. Plus qu’une simple envie, un besoin.

1° L’histoire de la chirurgie esthétique

De tout temps, et dans toutes les civilisations, les hommes ont cherché àembellir voire à modifier leur corps.

Les Egyptiens et les Indiens pratiquaient déjà, il y a 3 000 ans, des opérations de modification et de reconstruction du nez, des oreilles notamment à l'aide d'une technique utilisant la peau du front ou des joues.
Quelques siècles plus tard, les Grecs et le Romains grâce à leurs connaissances de l’activité de reconstruction osseuse, de la santé des tissusorganiques et de la circulation sanguine, pratiquaient des opérations esthétiques sophistiquées.
Au Moyen-Âge, la chirurgie plastique a été interdite pour des raisons éthiques, superstitieuses, spirituelles et mêmes physiques avec le manque d’hygiène. Malgré tout, quelques opérateurs ambulants parcouraient les villes.
A partir du XIXème, les progrès de l’anesthésie et de l’antisepsie ainsi que desconnaissances médicales relancent l’intérêt pour la chirurgie esthétique. On réalise avec succès des opérations de nez, de lèvres, de greffes de peau et même des augmentations mammaires. Elles sont cependant peu pratiquées jusqu’à la première guerre mondiale. C’est à cette période que la chirurgie plastique prend son essor : les nombreuses opérations réalisées pour les soldats, « les gueulescassées » au visage et aux corps mutilés, permettent des avancées spectaculaires.
Diminuer les blessures, redonner de l’espoir aux victimes de la guerre a rapidement évolué, devenant un moyen pour tous de rehausser sa beauté. Ainsi la chirurgie esthétique telle que nous l’entendons est véritablement apparue en 1952, avec la création de la Société Française de la Chirurgie Plastique.

2° Contraintesde notre société contemporaine

a) Changement des valeurs

D’une part, le recul de la religion donne de l’importance à la vie sur Terre au dépens de la vie dans l’au delà. Il s’agit maintenant de profiter pleinement de notre vie. L’Homme veut tout : puissance, beauté, jeunesse, dynamisme. La bonté, la morale, la sagesse, la richesse intérieure étaient des valeurs qui inspiraient lerespect. On pense maintenant plus à son apparence qu’aux valeurs intérieures. Autrefois la beauté était un don, elle est devenue un produit industriel.
D’autre part, la nécessité de rester jeune est tellement importante qu’elle a créé un nouveau mot : le jeunisme. Déjà au début du 20ème siècle, un chirurgien esthétique qualifiait de « difformité » les signes de vieillissement. Des sociétés ont...