La chronobiologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1309 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La chronobiologie

[pic]

Somnolence chez les adolescents
L'adolescent méconnaît son sommeil, et souvent le néglige. Dormir n'est pas une priorité pour lui, il a tendance à faire ce qui lui plaît plutôt qu'écouter les besoins que lui dicte son organisme, et il est donc souvent en privation de sommeil. Il a en effet des horaires irréguliers, soumis aux aléas d'un emploi du temps chargé parune scolarité envahissante, un désir de sortir avec ses amis, et des passions diverses, ordinateur, lecture, … De nombreuses interactions liées à une mauvaise hygiène de sommeil compliquent encore le tableau, abus de sport et parfois d'alcool, de cigarettes, voire de drogues.
Les troubles du sommeil chez l'adolescent sont toujours à considérer avec attention, qu'ils soient le signal d'undysfonctionnement psychologique transitoire compréhensible dans cette période de mutation, ou le début d'une pathologie durable. Une pathologie psychiatrique qui s'installe est à redouter, en particulier la dépression qui est la plus fréquente. Un trouble du sommeil spécifique doit être évoqué en raison de ses aspects très particuliers à cette période. Le retard diagnostique peut être à l'origine dedifficultés scolaires et sociales d'un adolescent considéré comme paresseux et non motivé parce qu'il est somnolent. La non-reconnaissance du diagnostic expose le jeune à la pérennisation d'un trouble qui aurait pu être transitoire.
Les pathologies du sommeil de l'adolescent sont principalement l'insomnie, le syndrome de retard de phase, les hypersomnies, et une pathologie plus rare, le syndrome deKlein Levin.
|[pi|L'insomnie |
|c] | |

13% des garçons et 17% des filles se plaignent de mal dormir. Nous avons vu le rôle de la mauvaise hygiène de sommeil et des abus, mais danscette période tourmentée, l'anxiété et la dépression sont souvent sous-jacentes. Il peut y avoir de véritables phobies du coucher. Déjà, à cet âge précoce de la vie, la consommation des somnifères est élevée, identique à celle des adultes. L'insomnie qui apparaît à l'adolescence est la plupart du temps le signe d'un dysfonctionnement psychologique. Si l'insomnie qui précède systématiquement lesexamens est fréquente et en général peu problématique, par contre l'insomnie chronique est le plus souvent liée à une anxiété pathologique qui s'exacerbe avec le temps qui passe. Si une prise en charge comportementale peut aider, une psychothérapie associée est souhaitable car on peut s'inquiéter de la structure sous-jacente et des risques de décompensation sur un mode névrotique ou psychotique.L'insomnie qui réveille systématiquement le jeune en seconde partie de la nuit, est, comme chez l'adulte, très évocatrice d'une dépression. Celle-ci est encore trop souvent diagnostiquée tardivement, alors que la désorganisation du sommeil est un excellent signal d'alerte.
La dépression touche 8% des adolescents et peut conduire au suicide, deuxième cause de mortalité chez les 15-25 ans. De surcroît,les études montrent un taux de rechute important de 70 à 75% à 5 ans.
Selon des études, dans la classification des insomnies, 50 à 80% des insomnies ont une origine psychologique ou psychiatrique; chez les adolescents, ces chiffres sont probablement à majorer, car les pathologies organiques telles que les apnées du sommeil ou le syndrome des mouvements périodiques sont moins fréquentes.
|[pi|Lesyndrome de retard de phase |
|c] | |

En fait, une des grandes difficultés de l'adolescent est le réveil. Dans les cas extrêmes, il existe un syndrome de retard de phase : c'est à dire que le sommeil...
tracking img