La citoyenneté active et passive durant la révolution française

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La citoyenneté active et passive durant la Révolution Française marque le début d’une égalité civile mais également politique. Ce distinctif entre citoyens passifs et citoyens actifs ce faisait déjà au moyen âge mais sous une toute autre forme. En effet, le système médiéval  était basé sur une société divisée en plusieurs communautés, une société trinitaire reposant sur trois ordres. Cettedivision en trois grands ordres provenait de l’influence forte du christianisme. A chaque fonction, correspondait un groupe sociale d’ordre. Ces trois ordres fortement distinctifs étaient : le clergé, la noblesse et le tiers ordre qui deviendra plus tard le tiers état. Ainsi, dans l’ancien régime déjà, les personnes étaient classées selon leur mode de vie et surtout selon la fonction qu’ils exerçaientdans la société. Exactement comme la citoyenneté active et passive de 1789, les trois ordres bénéficiaient de certains privilèges en droit et en devoir qui permettaient de les distinguer tous les trois. Bien évidemment, la Révolution Française, contexte historique de l’époque fut l’une des œuvre du tiers état marqué par le serment du jeu de Paume le 20 juin 1789, serment par lequel s’engage à nejamais se séparer (tiers état, clergé et noblesse) tant qu’une constitution du royaume en soit établit, ce serment représente alors un acte purement révolutionnaire et une grande victoire pour le Tiers qui représente avec les deux autres ordre, les état généraux et forme de ce fait une assemblé national. Une assemblé qui se déclare constituante et veux donner à la France une toute nouvelleconstitution. Ainsi, le pouvoir, la souveraineté est passée au main de l’assemblé. La monarchie craque et s’éffondre. Loin de là, les réalisations révolutionnaires perssistes et tout commence par la construction d’un régime politique idéal basé sur un distinctif entre citoyenneté active et citoyenneté passive.
Ainsi, l’intérêt primordial de ce sujet est de mieux comprendre comment les premiers suffragesfurent instaurés, pour qui et pourquoi, mais surtout de voir la continuité de cette révolution dans le temps, les changements qu’elle a su apporter. De ce fait, en quoi la difficile mise en œuvre de l’égalité politique imprégné par la Révolution Française de 1789 constitue t-elle un système d’exclusion durable ? Nous verrons dans une première partie, cette recherche difficile d’une égalité et d’unidéal politique marqué par un contexte historique favorisant l’apparition du citoyen actif et du citoyen passif ainsi que d’autres critères de distinctions direct ou indirect, puis dans une deuxième partie, nous verrons l’apparition d’une aristocratie dite « de l’argent » et avec elle le suffrage universel, moteur d’un véritable système d’exclusion.
 
 
                        L’accélération dela Révolution Française du 14 juillet au 4 août 1789 est le moteur de l’abolition de la forme ancienne de la société : égalité juridique de tous les individus. Une véritable méfiance à l’égard de l’électeur rural se met en route. En effet, celui-ci risque de faire le jeu de la monarchie, l’électeur rural, le paysans risque de faire échouer la Révolution des droits politiques, ce serais prendre lerisque de faire basculer la Révolution. En effet, les paysans suscitent la méfiance, l’assemblé pense qu’ils sont encore sous la tutelle segneurial, ce qui est parfois vrai. Leur donner des droits politiques pourrait être une cause de révolution ; et assez vite, le constituant cherche à éviter de donner à l’ensemble des citoyens français des droits politiques. Une véritable volonté de faireprévaloir l’influence des bourgeois sur les masses populaires  s’installe alors. Les débats sur les droits politiques débutent à partir d’octobre 1789. Pour ainsi dire, il y a une véritable recherche d’égalité et surtout d’une égalité politique mais le contexte historique, la Révolution, permet difficilement sa mise en œuvre.  Un contexte qui voit surgir différente forme de citoyenneté : active et...