La civilisation arabo-musulmane

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1577 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
La civilisation arabo-musulmane
-------------------------------------------------
en Andalousie

Introduction :
Dès la deuxième moitié du 7e siècle, les Arabes se sont lancés dans des conquêtes aussi bien à l'ouest (Afrique du Nord et Espagne) qu'à l'est (Perse, Inde, Chine, etc.). Leurs victoires sur les Sassanides puis sur les Byzantinsleur ont permis d'étendre leur empire de l'Atlantique à l'ouest jusqu’à la Chine à l'est. L'Espagne appelée Andalousie « la terre des vandales » par les Arabes, a connu entre le 8e et le 16e siècle une civilisation arabo-musulmane remarquable. Les arabes apportèrent des techniques agricoles, des monuments fantastiques, des connaissances scientifiques, des poésies et un développement intellectuelpendant huit siècles. Dans la perspective d'une étude nous verrons en premier lieu la conquête de l 'Andalousie par les arabes, et enfin nous approfondirons l’apport culturel musulman dans différents domaines en l’Espagne.

I. La conquête de l’Andalousie par les Arabes (711-1492)

L'Andalousie fut sous l’occupation musulmane durant le Moyen-âge (711-1492). La conquête et la colonisationdu pays par les musulmans fut rapide et correspondit avec l'essor du monde musulman.
L’année 711 marque le débarquement des arabes, sous le commandement du général Târiq ibn Ziyad, à Gibraltar. Ils vainquent le roi wisigoth Rodrigo à la bataille de Guadalete.
En 712, Muza ben-Nozair achève la conquête musulmane. C'est la fin de la période wisigothe. La famille Witiza fût une des famillesnobles du début du 8ème siècle à être à l'origine du déclin du Royaume Wisigoth.
Au milieu du 8ème siècle, les Musulmans avaient achevé leur occupation et le prince ommeyade Abd al-Rahman, trouva refuge auprès des Berbères. Enfin, avec le support d'une des tribus musulmanes de la péninsule, les Yéménites, il réussit à vaincre en 755 le gouverneur abbaside de Al-Andalus et se proclama lui-même émir,indépendant de Damas, à Cordoue. L'émirat de Cordoue est le premier état unifié d'Al-Andalus. Fondé en 755 par le seul rescapé de la dynastie omeyyade, il se transforma en califat de Cordoue en 929. L'émirat est alors si important qu'il vise le titre de califat. Le califat de Cordoue fût le premier à développer en Europe une économie urbaine et commerciale depuis la disparition de l'Empireromain. Cordoue, capitale et plus importante ville du califat, compta environ 100 000 habitants et occupa la place de concentration urbaine principale d'Europe de l'époque. Dans le premier tiers du 10ème siècle, Abd al-Rahman III, un des Ommeyades espagnols, élargit l'émirat Al-Andalus et devint le premier calife espagnol.

Les Almoravides (1090) furent les premiers à envahir la péninsule et àfreiner la Reconquista, puis ce fût le tour des Almohades (1146).

Le royaume de Grenade a été le dernier État musulman en Espagne.
Il a connu un grand essor culturel et architectural malgré ses troupes militaires faibles,
Il prend fin en 1492, à la suite de la conquête de Grenade par les Rois Catholiques d'Espagne. Ce qui a permis l'achèvement du mouvement de Reconquista et a mis fin à laprésence arabo-musulmane dans la péninsule Ibérique.

II. L’apport culturel des Arabes en Espagne

L’occupation arabe en Espagne, durant huit siècles, laisse un grand héritage scientifique mais aussi culturel. Certains historiens considèrent d'ailleurs l'Espagne musulmane comme le centre culturel le plus important du monde à cette époque. Al-Andalus, ou « la Terre des Vandales », c'est ainsi quel'on nomme la zone de la péninsule ibérique occupée par les musulmans du VIIIe jusqu'au XVe siècle et qui parvint à s'étendre sur une grande partie du territoire espagnol.
La culture arabe s’est donc ancrée dans la région andalouse, puis dans tout l’Espagne et a enfin fait le tour de l’Europe en y laissant des traces indélébiles. Nous verrons ici les principaux héritages de la culture...