La civilisation egyptienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5105 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La civilisation Egyptienne

Rita ABou Khalil
M1
5/7/2010

Plan
* L’architecture de la Vallée du Nil
* Les pyramides 
Les pyramides de reines à Saqqarah :
* Les architectes dans la société égyptienne
Les plans divins 
Autres architectes
* Le dessin architectural des anciens Egyptiens
Les images allusives 
Les images à dominante technique
* Les Mastabas
* Lesvoûtes dans l’Egypte pharaonique :
* Les temples
* L’architecture des pylônes pharaoniques
Les portes et leurs vantaux
* L’art égyptien
La gravure
La peinture
Les couleurs

L’architecture de la Vallée du Nil
L’architecture égyptienne, celle qui a été construite pour durer, est une architecture religieuse. Les bâtiments civils, élevés pour la vie de tous les jours, étaientfaits de briques crues, de limon, de bois ; à part quelques forteresses, situées surtout en Nubie, et quelques dépendances de temples, ils ont disparu presque totalement.
L’originalité de l’architecture (religieuse) pharaonique s’impose dans des formes qui lui sont propres : Le pylône, la corniche à gorge, les tores d’encadrement, les obélisques et les pyramides.
Les égyptiens ont utilisé labrique crue façonnée dans le limon du Nil qui a permis l’édification de grands massifs solides : les mastabas, dont on couvre les différentes pièces à l’aide de plafonds de bois adaptés aux grandes portées ou par des voûtes elles-mêmes en briques.
Vers 2800av.J.C s’impose la pierre de taille employée pour la première fois à l’échelle d’un monument. En parallèle briques et pierres continueront àtravers les millénaires à être utilisées conjointement dans la Vallée du Nil.
La construction et l’orientation de monuments montrent l’étonnante maîtrise atteinte chez cette civilisation ; des dessins architecturaux, des plans, des coupes, sur papyrus, ostraca ou même sur les parois des temples ou de tombes, sont parvenus jusqu’à nous.
En Egypte, comme dans beaucoup d’autres pays, tout monumentreligieux est en même temps un édifice utilitaire et un symbole ou un jeu de symboles.
La force symbolique des formes du temple, les images gravées sur les murs, le culte concouraient `un même but, en même temps spirituel, et pratique, puisque le résultat final attendu était le maintien de la prospérité du pays.
Cette architecture se voulait purement fonctionnelle ; De même que pour LeCorbusier, par exemple, un immeuble est une « machine à habiter », le temple égyptien est une machine à entretenir et développer l’énergie divine.

Les pyramides :

Ces monuments qui frappent souvent l’imagination par leur masse écrasante, ont été construits avec des moyens rudimentaires, grâce à un outillage de silex, de pierre dure, de cuivre ou de métal cuivreux.
La pyramide àdegrés était la première des pyramides ; c’était un énorme massif à six gradins, au couronnement presque plat.
Hauteur ancienne, 60 m ; base, 109 m ; nord-sud, 121 m est-ouest.
La construction a été effectuée en plusieurs étapes dont les premières aboutissaient seulement à un massif aplati sans gradins.

Dans leur structure, les pyramides se présentent comme des édifices qui rappellent la formed’élévations naturelles. Ces tertres sont les vestiges de couches géologiques laminées par l’érosion, de nombreuses régions les connaissent et, de même, diverses sociétés ont bâti des monuments imitant l’architecture des montagnes. A côté des pyramides d’Egypte on trouve des ziggurats en Mésopotamie et en Perse, des tumuli en Scandinavie ou des pyramides en Amérique du sud.

1. A gauche, Pyramide de Mykerinus,A droite, Pyramide de Chephren, en avant, Le Sphinx

2. Les pyramides de Guizèh
En Egypte dès la 1re dynastie, plusieurs nécropoles révèlent des tombes signalées au sol par une butte de pierres. Avec le temps, l’importance de ces élévations prendra l’aspect d’un volume, désigné sous son nom arabe de mastaba.
On peut considérer les pyramides les plus anciennes comme une forme évoluée...
tracking img