La classification de la population

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. La classification de la population
Il y a deux manières de classer la population liées à deux façons d’envisager la société. Soit la société est vue comme un ensemble de classes, on a alors une approche holiste. La société est un ensemble d’individus, on peut classer les individus suivant différentes échelles de valeurs (économique, sociale,…) sans qu’il y ait l’idée de classes constituéesdans la société, l’approche est alors appelée individualiste.

a) les sociétés sont hiérarchisées
Il y a toujours un classement des individus et de groupes sociaux sur une échelle de richesse, pouvoir, prestige. Cette hiérarchie se transmet par l’endogamie (alliance et mariage au sein d’un même groupe) et l’hérédité comme c’est le cas dans les sociétés de caste ou d’ordre ou bien il y a mobilitésociale dans nos sociétés démocratiques où les lois sont égalitaires et individualistes.
Un groupe social c’est un ensemble de personnes partageant une situation proche et liée de façon plus ou moins forte et volontaire.
Classe sociale = groupe sociale de grande dimension homogène dans ses conditions et modes de vie et en partie dans ses opinions et croyances. On suppose que ce sont lesprofessions qui caractérisent le mieux les différentes classes dans la société.

b) les CSP
C’est un classement de la population française et en particulier de la population active. Le but des CSP est de créer des groupes socio-économiquement homogènes. Le critère de la profession est prépondérant pour les CSP. Toutefois ce n’est pas le seul et il peut être parfois trompeur.
En 2003, 46.2% de lapopulation était classée dans les catégories 7 (retraités) et 8 (autres personnes sans activité professionnelle). Tous chômeurs sont classés selon leur dernière activité sauf les chômeurs n’ayant jamais travaillé. La profession est le critère de classement le plus important mais ce n’est pas le seul. Par exemple un chauffeur de taxi (ou artisan ou ouvrier chauffeur), les autres critères sont le statutjuridique: indépendant (E privée) ou salarié (E publique), la taille de l’E en nombre de salariés, le secteur d’activité, le niveau hiérarchique. Le niveau de diplôme est l’exception qui confirme la règle. Les professions libérales sont dans la catégorie 3 puisqu’on estime que leur niveau d’étude leur fait davantage ressembler aux cadres.

c) pertinence et limites des CSP
L’analyse des CSPdepuis les 70’s traduit bien l’évolution de la structure économique. D’une part certaines CSP en particulier les agriculteurs sont en très nette diminution. La nomenclature de 1982 fait passer les ouvriers agricoles dans la CSP 6 qui elle-même perd de son importance (40% à 30% en 30ans). Les CSP employés, professions intermédiaires et cadres voient leur effectif gonfler grâce à la féminisation de lapopulation active (80% des employés sont des femmes) et à sa tertiarisation. Toutefois il ne faut pas confondre le classement des CSP qui est un classement par secteur d’activité qui classe les actifs selon leur activité dans l’E. L’analyse de la consommation selon les CSP permet de relativiser l’idée de la moyennisation de la société française. Une classe populaire où l’on retrouve plus de 50%des actifs dont les ouvriers et la plus grande partie des employés vite toujours des situations de travail mais aussi de mode de vie qu’on doit distinguer des autres catégories, même si les inégalités à l’intérieur de la CSP ouvrier s’ accroissent. Les CSP ne prennent pas en compte de la position des personnes au sein du ménage. Ainsi une femme au foyer n’est pas prise en compte, elle est noyée dansles inactifs. Avec l’apparition du chômage de masse et des emplois précaires se forme un groupe qui lui aussi est comme transparent lorsqu’on analyse la société avec les CSP. D’une manière générale, la représentation de la structure sociale des CSP peut paraître trop figée d’une part et ne nous renseigne pas de ce qui se passe tout en haut comme tout en bas de la pyramide sociale.

II....
tracking img