La cohabitation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1172 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire d’histoire pour le 20/10/08

Situation BAC : « La cohabitation vue par François Mitterrand » (page 19)

Inédit en France et à travers le monde, la cohabitation désigne la coexistence entre un chef de l’État et une majorité parlementaire propre à l’opposition. Le pouvoir exécutif est alors partagé entre la droite et la gauche, le parti soutenant le Président ayant alors perdu lamajorité à l’Assemblée Nationale. Pour ce commentaire, nous nous appuierons sur un entretien de François Mitterrand diffusé sur TF1 le 29 mars 1987 alors qu’il était président. Nous pouvons alors nous demander en quoi la cohabitation influence-t-elle la gestion du pays. Pour construire notre commentaire, nous commencerons par définir les causes de la cohabitation, puis par expliquer en quoiconsiste-t-elle concrètement pour enfin en expliquer les conséquences.

C’est lors de son arrivée au pouvoir, en 1958, que De Gaulle a fait changer la Constitution pour mettre en place la Ve République. Cette dernière repose alors sur un système parlementaire à fort pouvoir présidentiel. Bien que Mitterrand fût en 1958 le plus grand opposant aux idées de De Gaulle (il a d’ailleurs perdu les électionsopposant les deux hommes en 1965), il conservera institutions mises en place par ce dernier, à la fois dans leur lettre et dans leur pratique.
C’est donc en 1981 qu’il devient le quatrième président de la Ve République, après De Gaulle, Pompidou et Giscard d’Estaing. Il profitera de la majorité parlementaire de son parti pour diriger la France selon son programme politique, et ce jusqu’en 1986 :c’est à cette date que s’installe la première cohabitation de l’histoire française. Il explique alors, dans la fin du premier paragraphe de notre extrait, qu’il a choisi Jacques Chirac comme premier ministre, pour « assurer la continuité de l’État ».
Il faut savoir que la Constitution ne prévoit aucun texte concernant le problème de la cohabitation. Bien qu’elle confère au président françaisplus de pouvoir que les Constitutions précédentes, il apparait qu’en cas de cohabitation, ces pouvoirs peuvent être partagés.
Toutefois, le chef de l’État seul a le pouvoir dissoudre l’Assemblée Nationale, renvoyant ainsi les députés à leurs électeurs. Cette solution avait d’ailleurs été utilisée par Jacques Chirac, lors de sa présidence en 1997 bien qu’il avait déjà la majorité parlementaire. Lesconséquences ont été sévères, il a été contraint de cohabiter avec un gouvernement de gauche durant cinq années.
On peut donc noter que la Ve République reprend l’essentiel des idées du discours de Bayeux : un président-arbitre qui peut dissoudre l’Assemblée Nationale et en appeler directement aux citoyens par referendum.

Ainsi que nous l’explique très bien François Mitterrand dans ce texte,le chef de l’État français est pourvu de trois devoirs principaux, qu’il doit garantir malgré un affaiblissement des pouvoirs qui lui sont dus. Avant tout il se doit « d’assurer la continuité de l’État et le fonctionnement régulier des pouvoirs publics » et donc par exemple d’éviter qu’une motion de censure soit votée par l’Assemblée Nationale en nommant un membre de la majorité en tant que premierministre. Mais il est tout aussi important que le président, en tant que chef des armées, préserve « l’indépendance nationale et l’intégrité du territoire » en prenant les décisions que lui seul peut prendre, en cas de menace de guerre, par exemple (C’est ce que l’on peut appeler son « domaine réservé »). Aussi, il est le premier représentant de la nation, « Le président de la République a unrôle éminent, primordial dans le domaine des Affaires étrangères » : bien que ce rôle soit partagé avec le gouvernement, c’est à lui qu’il incombe de rencontrer les autres chefs d’État. Enfin, ce dernier doit « veiller à l’application des grands principes sur lesquels se fonde la République », tels que les Droits de l’Homme et du Citoyen (1789) ou le principe de laïcité (1905).
Parallèlement, le...
tracking img