La commune et le mouvement ouvrier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA COMMUNE COMME SYMBOLE ET COMME EXEMPLE par G. HAUPT

Introduction

Cet article est une transcription d’une communication dans le cadre d’un colloque universitaire organisé à l’ occasion du 100e anniversaire de la Commune publié par la revue « Le Mouvement Social » en avril 1971 (n°79).

L’ auteur, Georges Haupt, est un spécialiste de la IIème internationale ; sa principale contributionréside dans l’élaboration de répertoires de sources concernant l’histoire du mouvement ouvrier et la publication de textes inédits, notamment de grandes figures du mouvement ouvrier. D’origine roumaine, il fait des études d’histoire sous le régime stalinien et travaille, jusqu’ en 1958, historien officiel dans son pays. Marqué par le XXe congrès du PCUS en 56, il décide de demander l’asilepolitique à la France, où il devient par la suite directeur des Hautes Etudes en sciences sociales.

Son propos est, ici, de faire écho à la thèse selon laquelle la commune ne serait qu’une légende, ce à quoi il répond : « La « légende » a été aussi importante pour l’histoire du mouvement ouvrier que «l’évène- ment commune » ». Pour l’auteur, l’histoire du mouvement ouvrier joue un rôle très importantdans son propre développement, ce dont témoigne la Commune.
Il décompose cette « légende »en 2 notions : le symbole, soit l’image inscrite dans les mentalités collectives et l’exemple, soit les efforts pour tirer des conclusions théoriques des évènements en vue de l’action sur le terrain.

I. La Commune comme «symbole » : une représentation idéalisée, pourquoi ?
La Commune constitue uneprise de conscience pour le mouvement ouvrier qui sait être dorénavant en mesure de prendre le pouvoir, de constituer un gouvernement ouvrier ; elle lui fournit une légitimation et est source de motivation pour mobiliser les masses populaires. Cette représentation dans la conscience populaire est qualifiée de « sainte tradition » par R.Luxembourg.
Néanmoins elle n’est pas qu’un produit del’imagination populaire car elle a été étayée par de nombreuses productions : parti social-démocrate allemand qui réplique à l’abondante littérature hostile niant le caractère socialiste de la commune, mais aussi littérature anarchiste.
L’image a ainsi été façonnée par des interprétations divergentes et a réussi à être intégrée dans des cadres spatiaux-temporels forts divers, sous-tendue par une idéologieomniprésente exploitant les multiples facettes offertes par la Commune, mouvement révolutionnaire non abouti qui laisse place aux interprétations les plus contradictoires. Il en est ainsi, par exemple, de la Commune de Canton en 1927où la référence à l’expérience parisienne quant à son héroïsme a permis de faire l’économie d’une analyse sérieuse des causes de l’échec ou des gardes rouges qui sesont aussi appuyés sur la Commune pour légitimer la Révolution Culturelle. Par contre l’image va changer avec la Révolution russe de 1905 et les déclarations de Lénine qui met alors l’accent sur les erreurs de la Commune, à ne pas reproduire en Russie. L’utilisation faite de la Commune après octobre 17 sert paradoxalement à justifier des positions opposées à la fois chez les bolchéviks et chez lesanarchistes ; ces derniers mettent en exergue l’aspect de lutte contre tout pouvoir dans l’expérience de la Commune, alors que Lénine s’en sert pour soutenir la thèse « Si l’on prend le pouvoir, il s’agit d’aller plus loin, de se saisir du pouvoir et de le garder » et non pas de détruire toute forme de pouvoir…

II. La Commune comme «exemple » chez les différents penseurs socialistes
La communecomme « exemple » a été invoquée dans des contextes différents et à des niveaux variables : au niveau de la réflexion théorique précédant une décision politique, également comme argument d’autorité dans les luttes entre tendances et enfin comme moyen de mobilisation des ouvriers.
Marx subordonne l’élaboration de la théorie à l’impulsion donnée par les nécessités de la lutte pratique. Par...
tracking img