La conception du mariage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1105 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Boris Kolarov
Groupe 101

La conception du mariage

« Les Femmes savantes » de Molière parle de ces femmes qui se croient éduquées et refusent l’amour et la passion au profit du savoir. Dans cette œuvre la femme doit en effet choisir entre le mariage et le savoir. Molière donne donc une place importante au thème du mariage dans cette œuvre. Comme la conception du mariage change selon commenton voit le role et la place de la femme, on retrouve dans cette pièce pleins de conceptions différentes du mariage et Molière les confronte.

La première chose qu’on peur voir dans « Les Femmes savantes » sur la conception du mariage c’est que les amants sont dans une position difficile parce qu’il y a une contradiction entre le mariage d’intérêt et le mariage d’amour. Dans la pièce on voit quec’est les parents qui décident pour le mariage de leurs enfants. Philaminte a décidé de marier sa fille à Trissotin et veux imposer ce choix :
Vers (633-635) :
« Est celui que je prends pour l’époux qu’il lui faut ;
Et je sais mieux que vous juger de ce qu’il vaut.
La contestation est ici superflue »
Les critères de Philaminte pour choisir le mari de sa fille sont qu’il ait des qualitésintellectuelles, de l’esprit et qu’il puisse lui donner l’envie du savoir.
Vers (1067-1072) :
« J’ai donc cherché longtemps un biais de vous donner
La beauté que les ans ne peuvent moissonner,
De faire entrer chez vous le désir des sciences,
De vous insinuer les belles connaissances ;
Et la pensée enfin ou mes vœux ont souscrit,
C’est d’attacher à vous un homme plein d’esprit »
Mais Henrietteet Philaminte ont une opinion différente sur le mariage. Henriette veut faire elle-même le choix de son futur mari. Elle veut se marier par amour et pas par intérêt.
Vers (20-22) :
« Et qu’est ce qu’à mon âge on a de mieux à faire
Que d’attacher à soi, par le titre d’époux,
Un homme qui vous aime, et soit aimé de vous ; »

Le deuxième choix qu’on voit dans « les femmes savantes » par rapportaux conceptions du mariage c’est qu’il a y une contradiction entre l’éducation des femmes et leur mariage. A cause de cela, les personnages vont avoir des conceptions du mariage différentes. Pour Chrysale et Armande la femme ne peut pas se marier et être éduquée. Il faut choisir.
Même si elle rêve en secret d’épouser Clitandre, Armande argumente contre le mariage. Elle dit que le mariage est un« nœud », qu’il fait de la femme une esclave asservie.
Elle ne comprend pas pourquoi sa sœur veut se marier.
Vers (29-32) :
« Et de n’entrevoir point de plaisirs plus touchants
Qu’un idole d’époux et des marmots d’enfants !
Laissez aux gens grossiers, aux personnes vulgaires,
Les bas amusements de ces sortes d’affaires. »
Armande va jusqu’à dire que le mariage est dégoutant. Au début de lapièce elle dit à sa sœur : Vers (9-12)
« Ne concevez-vous point ce que, dès qu’on l’entend,
Un tel mot à l’esprit offre de dégoutant,
De quelle étrange image on est par lui blessée,
Sur quelle sale vue il traine la pensée ? »
Pour Armande il faut choisir entre la passion et savoir. Elle essaie de pousser Henriette vers le choix du savoir : Vers (43-48)
« Mariez-vous, ma sœur, à laphilosophie,
Qui nous monte au dessus de tout le genre humain,
Et donne à la raison l’empire souverain,
Soumettant à ses lois la partie animale,
Dont l’appétit grossier aux bêtes nous ravale. »
Philaminte est l’exemple à suivre : elle a réussi à se marier et à être éduquée en même temps. Mais Chrysale a une opinion opposée : il pense que la femme dans le mariage doit rester dans l’ignorance, s’occuperdes enfants et du ménage. Il regrette que les femmes de sa maison ont des savoirs élevées au lieu de s’occuper des choses concrets : vers (593-600)
« Et dans ce vain savoir, qu’on va chercher si loin,
On ne sait comme va mon pot, dont j’ai besoin…
Raisonner est l’emploi de toute ma maison,
Et le raisonnement en bannit la raison.
L’un me brule mon rot, en lisant quelque histoire ;
L’autre...
tracking img