La conception du pouvoir chez les francs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2106 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La monarchie franque s'étend du V ème au X ème siècle. Il y a deux dynasties distinctes : Les Mérovingiens et les Carolingiens. Clovis apparaît comme le fondateur des Mérovingiens et des monarchies franques. Simple roi de Tournai, il est parvenu à rassembler les différents peuples germaniques présents en Gaule et à créer un nouveau royaume : la Francia ou le royaume franc. La seconde dynastie estla dynastie des Carolingiens dont le personnage le plus connu reste Charlemagne. En 732, Charles Martel, maire du palais, est parvenu à arrêter les Arabes à Poitiers et est donc devenu et apparaît comme le sauveur de la chrétienté et de la Gaule. Son fils, Pépin le Bref, est parvenu à usurper le titre royal aux Mérovingiens grâce au soutien de l'Eglise, assurant ainsi le changement de dynastie.Par la suite, Charlemagne, complètera l'oeuvre de son père. Il parviendra à reconstituer, pendant une courte durée, un empire aussi grand que l'empire romain d'occident qui avait disparu depuis 476.
Mais quelle était la conception du pouvoir chez les francs ?
Dans la première partie, nous verrons les influences germaniques au sein des deux dynasties (I), et dans la deuxième partie, nous verronsles influences Romano-chrétiennes au sein des deux dynastie (II).

Les influences germaniques.

Les mérovingiens (A) et les carolingiens (B) sont majoritairement influencées par des traditions germaniques. Ces traditions sont multiples, on retrouve l’idée du caractère patrimonial et patriarcal du pouvoir. Cette suprématie des traditions germaniques entraînera la chute des Francs.

Chez lesMérovingiens

Les mérovingiens ont une conception patriarcale et personnelle de leur autorité. Le roi peut être assimilé à un chef de clan, à un chef militaire qui tire son pouvoir de son élection par sa troupe de guerriers. Il n’est donc pas le chef de ceux qui se trouvent sur son territoire, mais il est le chef de ses guerriers qui lui ont prêté serment. Son pouvoir n’a donc pas d’assiseterritoriale (on ne parle pas de lui en temps que roi de Francie mais en tant que roi des francs).

En théorie, c’est le plus valeureux des guerriers qui est choisi pour devenir roi mais dans les faits, à travers son baptême, Clovis a montré qu’il était l’élu de Dieu et a ainsi pu créer une dynastie héréditaire alors que le roi est normalement élu à cette époque.
De plus, le caractèremilitaire du pouvoir se manifeste par l’élévation du roi sur le pavois qui constitue le rite de l’élection.

Le roi est également uni à ses guerriers et aux hommes libres en âge de porter les armes, qui sont sur le territoire, par un serment de fidélité. Les fidèles du roi lui doivent alors obéissance, le refus ou la violation de ses serments de fidélité est passible d’exil ou de mort. Le roi doit encontrepartie protection à ses hommes. Le lien qui unit le roi et ses fidèles est donc un lien personnel, contractuel. Mais le roi va s’affaiblir car pour s’assurer de la fidélité de ses sujets, celui-ci va distribuer ses terres mais après un certain temps, il n’aura plus de terres à distribuer, il se sera appauvrit et cette distribution conduira à un morcellement du territoire : les grandspropriétaires seront de plus en plus riches ce qui fragilisera le pouvoir du roi.

Les mérovingiens ont également une conception patrimoniale de leur pouvoir. En effet, le roi tire ses pouvoirs de la conquête, il considère ses terres et son pouvoir royal comme faisant partie de son patrimoine privé. De plus, le produit des butins de ses conquêtes entrent également dans son patrimoine, cependant il n’ale droit d’en prélever que 1/5 (le reste du produit du butin est distribué entre ses hommes).
La conséquence est que le roi, de son vivant, tire ses revenus du royaume qu’il administre librement, il peut décider de la paix ou de la guerre sur son territoire. Il dispose également librement de son royaume, il bénéficie de l’usus, du fructus et de l’abusus (sans distinction entre patrimoine...
tracking img